Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog


   Elles s'appellent Anna, Zsoka, Lydia, Carola, Lisa, Lea, Eva, Julia. Et puis quelquefois leur prénom ne se termine pas par la lettre A. Et même, ça ou là, pas de prénom du tout. Mais ça ne fait rien.

  "L'été le plus chaud" est la nouvelle qui donne son titre au recueil. Il y a aussi un texte qui s'appelle "L'ère glaciaire" et qui est peut-être le plus élaboré : dans une maison au Canada en plein hiver : Carola est venue voir son amie Becky mariée à un rustre nommé Christopher, il y a de la glace sur les vitres : mais pas seulement.

   Il y a des histoires qu'on dit "pudiques" ou "poignantes" parce que l'auteur essaie en peu de mots, c'est-à-dire selon une technique minimaliste, de suggérer quelque chose d'intime, en coupant le récit au présent de ses racines dans le passé. Si on a de la bonne volonté on ira jusqu'à dire que ça rappelle tel ou tel texte de Nathalie Sarraute. Sinon, ça vous tombe des mains.

   Résultat : on ne s'intéresse à rien ou presque dans ces douze nouvelles qu'on oublie pour la plupart aussitôt lues.


• Zsuzsa Bank : L'été le plus chaud
Traduit de l'allemand par Olivier Mannoni. Christian Bourgois,  2007, 186 pages
 


 
Tag(s) : #LITTERATURE ALLEMANDE
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :