Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Scènes d'intérieurs, de tavernes et de gens du peuple, la représentation des fumeurs est pour le XVIIe siècle une source documentaire de l'histoire sociale. Au XIXè siècle, l'orientalisme lui a souvent donné une touche d'exotisme. Quant à la cigarette, plus que le cigare, elle est devenue l'ornement de bien des portraits modernes.

I. L'âge de la pipe en terre

Découvert par les Européens au XVIe siècle, l'usage du tabac fut considéré comme une médecine avant de devenir un phénomène de société. C'est d'abord la peinture hollandaise et flamande qui a brillé dans sa représentation à une époque où le tabac est principalement importé des colonies américaines par l'Espagne. Les différents gouvernements européens trouvaient dans la consommation du tabac une ressource fiscale et créèrent des monopoles profitables. Les taxes sur le tabac représentèrent par exemple jusqu'à 24 % des ressources du trésor espagnol en 1775. Les fines et longues pipes en terre dominaient la représentation des fumeurs du Siècle d'Or hollandais, comme de tout le XVIIe siècle. Pour l'artiste, le fumeur était un nouveau type social.

Le fumeur peint pour lui-même 

Joss van Graesbeeck. Le Fumeur. 1635. Musée du Louvre.

 

Franz Hals. Le Fumeur. c.1625. Metropolitan, New York.

 

Attribué à Jan Davidsz. de Heem (1606-1684) ou à Adriaen Brouwer. Autoportrait. (c.1630) Rijksmuseum, Amsterdam.

 

Jan van Mieris (1660-1690). Portrait d'un artiste fumant la pipe (1688). Kunsthalle, Hambourg

 

Scènes d'intérieur, scènes d'auberges, portraits de groupes.

Là encore le second quart du XVIIe siècle est particulièrement riche de ce genre de peintures. La consommation du tabac est associée à la boisson dans de nombreuses scènes d'auberge. La production de David Teniers est vraiment abondante sur ce thème.

David Teniers. Le joyeux soldat.

 

Adriaen van Ostade (1610-1685). Fumeur allumant sa pipe dans une taverne (1645). Louvre.

 

David Teniers (1610-1690). Fumeur avec le coude sur la table. 1643. Musée du Louvre.

 

David Teniers. Fumeur (avec un élève au coin ?). 1645. Musée de l'Hermitage, Saint-Pétersbourg.

 

David Teniers. Fumeurs dans un intérieur. 1637. 39x37 cm. Museo Thyssen-Bornemisza.

 

Franz van Mieris. Couple dans un intérieur. c. 1655. The Leiden collection, New York.

 

Adriaen Brouwer. Les Fumeurs. c.1636. Metropolitan, New York.

 

Jan Lievens (1607-1674).. Les joueurs de cartes. (c.1625). The Leiden collection, New York.

 

Jan Havicksz Steen (1626-1679). Die verkehrte Welt. (1663). Kunsthistorisches Museum, Vienne. Dans ce chaos familial, cherchez la pipe! C'est le petit garçon à gauche du tableau, tandis que sa grand-mère (c'est ma supposition) fait la sieste et que sa mère qui a bu explore l'entrejambe d'un homme, etc.

 

Jan Havicksz Steen. Homme offrant une pipe à une femme.

 

Judith Leyster (1609-1660) est une des rares femmes peintres de son siècle). La dernière goutte. (c.1639). Philadelphie Museum of Arts.

 

De la série des "Cinq Sens" de Jan Miense Molenaer (1609-1668) c'est l'odorat qui est choisi (1637). Mauritshuis, La Haye.

La mère essuie les fesses du bébé tandis que le père se pince le nez ; il a posé sa pipe et une tabatière sur la table.

David Teniers. Singerie. Musée royal des Beaux-Arts, Anvers.

 

Joseph van Aken (1699-1749). Deux frères. c. 1740. Coll.part.

 

En 1737, une longue pipe en terre se remarque encore dans la nature morte de Jean-Baptiste-Siméon Chardin (1699-1779), intitulée La Tabagie, Musée du Louvre.

 

Tabatière, 1778-79. Orfèvrerie émaillée de René-Antoine Bailleul, reproduction de François Boucher. Musée Cognacq-Jay, Paris.

 

II. Les fumées exotiques du XIXe siècle

         Chez les Amérindiens

Le tabac venait d'Amérique et il est normal que les colons l'y retrouvent.

Peter Rindisbacher. 1823.  Installé à 15 ans avec sa famille venue en colons dans le Manitoba. C'est le premier artiste européen vivant à l'Ouest des Grands Lacs. Employé de magasin à Fort Garry il a vendu des aquarelles portant sur les Prairies et les autochtones. Le gouverneur de la colonie Andrew H. Bulger est ci représenté assis. L'inscription : le gouverneur d'Ossiniboia et les chefs et guerriers de la tribu Chippewa, du Lac Rouge, en conseil, dans la Colony House de Fort Gouglas. 22 mai 1823. Source : Musée Mac Cord, Montréal.

 

 

L'Orientalisme et le narguilé

Avec l'Orientalisme, le peintre imagine des fumeurs lointains que la colonisation a aussi rendus plus visibles. C'est l'âge des narghilés et du fantasme des harems !

- Sur la peinture orientaliste : cliquer ici.

 

Eugène Delacroix (1798-1868). Les femmes d'Alger (1834). Musée du Louvre.

 

Jean-Léon Gérôme (1824-1904). Le bain turc (1872). Museum of Fine Arts, Boston.

 

Eugène-Charles-François Guérard. Dans le harem. 1851. Coll.part.

 

Jules Migonney. Femme arabe au narguilé. 1906. Monastère royal de Brou, Bourg-en-Bresse.

 

Rudolf Ernst (1854-1932). Le fumeur de narguilé

 

Lecomte du Nouÿ (1842-1923). L'esclave blanche (1888). Musée d'Art de Nantes.

 

Lecomte du Nouÿ (1842-1923). Le narguilé.

 

Lecomte du Nouÿ. Le rêve de l'eunuque (1874). Cleveland Museum of Art.

 

Gyula Tornai (1861-1928). Fumeur avec hookah et marabout. Collection privée.

 

Émile Bernard (1868-1941). La Fumeuse de haschisch. 1900. Musée d'Orsay.

 

Fumerie d'opium. Illustration du Petit Journal, supplément du dimanche 5 juillet 1903. Source : Retronews, BNF, Paris.

 

  

III. Pipe ou cigare depuis le XIXe siècle

Flaubert écrit le 2 septembre à son ami Ernest Chevalier : "Ah! sans la pipe la vie serait aride, sans le cigare elle serait incolore, sans la chique elle serait intolérable!" Notons que sur ce dernier point, les goûts et les usages ont bien changé...

      La pipe après le repas.

Deux tableaux de grande taille aident à se faire une idée de la présence de la pipe à la fin des repas populaires ou bourgeois du XIXe siècle. 

Gustave Courbet (1819-1877). L'après-dînée à Ornans. 1848/40. 195 x 257 cm. Lille, Palais des Beaux-Arts. Le personnage habillé de blanc et qui nous tourne le dos allume sa pipe.

 

Elle ne fait pas l'unanimité dans le tableau de Fantin-Latour. Un coin de table. 1872. Musée d'Orsay. Son représentés : Verlaine, Rimbaud, Valade, Ernest d'Hervilly fumant la pipe, et Camille Pelletier, le seul qui ne soit pas poète, mais homme politique républicain. Debout: Elzéar Bonnier, Emile Blémont et Jean Aicard. 160x225 cm.

 

Edouard Manet (1832-1883). La serveuse de bocks.

 

Edouard Manet. Le bon bock (1873). Philadelphia Museum of Art.

 

Paul Cézanne (1839-1906). Les joueurs de cartes. (1890-92). Metropolitan Museum of Art, New York.

Loin de disparaître, la pipe en terre ou en porcelaine a fait de la résistance au XIXe siècle. Mais des pipes de différents bois sont apparues passé 1750, et c'est seulement autour de 1900 que les fumeurs de pipe vont adopter massivement la nouvelle pipe en bruyère.

 

René Magritte (1898-1967). Ceci n'est pas une pipe (1935). On reconnaît ici, non plus la pipe traditionnelle, mais la pipe en bruyère de Saint-Claude, appelée familièrement une "bouffarde". Ville du Jura, Saint-Claude a été qualifiée de "capitale mondiale de la pipe", qu'elle soit fabriquée par Chacom ou Butz Choquin. C'est celle de Sartre ou de Simenon, triomphant au XXe siècle.

 

La pipe dans le portrait et l'autoportrait

Honoré Daumier (1808-1879). Le vrai fumeur. 1836. National Gallery, Washington. 

 

Leo Gestel (1881-1941). Portrait de Piet Boendermaker (1917). Le peintre hollandais a fait le portrait d'un collectionneur au Café Hoppe à Bergen. Pastel et aquarelle. Ancienne collection Kamerbeek d'Amsterdam. 

 

Gyula Tornai (1861-1928). Autoportrait à la pipe. Collection privée.

 

Max Pechstein (1881-1955). Autoportrait à la pipe (1926). Kunsthaus, Zurich

 

Vincent van Gogh (1853-1890). Autoportrait à la pipe et à l'oreille bandée (7 janvier 1889). Kunsthaus, Zurich.

 

Leo Breuer (1893-1965). Der Vater (1927). Stadtmuseum Bonn.

 

Jaan Vahtra (1882-1947). Autoportrait (1923). Un peintre estonien.

 

L'essor d'un concurrent : le cigare

 

Lithographie. La Tabacomanie ou le culte du cigare en 1842. Nota : Les enfants en dessous de sept ans fument pipe entière ! (sic). Marseille, MUCEM. Le père fume avec une pipe à long tuyau et il rêve de devenir garde national et de fumer le cigare. Qui coûte plus cher.

 

Leo Gestel (1881-1941) Autoportrait. Le cigare ne se remarque pas tout de suite : d'abord le nœud papillon...

Le cubain Alberto Godoy (1960- ) est aussi inspiré par le cigare. Deux images.

 

 

Autre peintre cubain, Sade, peint en 2003 des Cubaines fumant le cigare. Il est vrai que l'île conserve une grande activité de production de havanes.

 

 

 Enfin, un fumeur de cigare, celui de Félix de Recondo (1932-2015), baignant dans les vapeurs du tabac.

 

IV. La cigarette du portrait

Cher, le cigare est contraignant, le fumer demande beaucoup de temps, de disponibilité. La cigarette comme plaisir et comme marqueur social.

L'invention de la cigarette

L'essor de la cigarette qu'il faut rouler fait l'affaire des fabricants de papier…à cigarettes dans le courant du XIXe siècle..

 

Affiche "Je ne fume que le Nil"— dont l'usine est sur les bords de la Charente à Angoulême, comme plusieurs autres : celle de Riz La +, ou de Joseph Bardou délocalisée de Perpignan en 1919.

Avec le cigare et plus souvent la cigarette les peintres donnent une attitude, une contenance, à la personne dont ils font le portrait.

 

George-Washington Lambert (1873-1930). Important People. 1924. Art Gallery of New South Wales. Dans ce tableau complexe, le peintre australien a voulu représenter la marche du monde, symbolisée par la roue de la charrette, à moins que ce ne soit par trois générations, si toutefois l'homme en gibus qui sort une cigarette de son étui à cigarettes est le père de l'un ou l'autre jeune parent. (+ détail)

 

Pierre-Auguste Renoir (1841-1919). Portrait du compositeur Albert Cahen d'Anvers (1881). The J. Paul Getty Museum, Los Angeles.

 

Roman Arregui (1875-1932). Trois compères. Le peintre de Bilbao a réalisé des portraits par deux ou trois personnes à la fois.

Edward Hopper (1882-1867). Hotel By A Railroad (1952). coll.part.

 

Les femmes libérées

S'il s'agit de portraits de femmes la cigarette comme un signe d'émancipation ou de libération.

 

Edouard Manet (1832-1883). Gitane fumant une cigarette (1862). Princeton Art Museum. Et la Gitane devint une marque de la SEITA !

 

Edgard Maxence. La Femme à l'orchidée. 1900. Musée d'Orsay. Commande de Justin Bardou-Job, propriétaire de l'usine de papier à cigarettes JOB. Distinction d'une femme émancipée : sa fille.

 

Henri Lebasque (1865-1937) Femme à la cigarette. 1921. La Piscine, Roubaix.

 

John Georg Brown. 1895. Une femme libérée

 

Christopher Wood. Jeune femme à la cigarette. 1927.

 

Leo Gestel. La femme à la cigarette.

 

Georges-A. Rochegrosse. Sarah Bernardt fumant. c.1900.

 

Suzanne Valadon. La chambre bleue. 1923. Centre Pompidou.

 

Félix Vallotton. La Blanche et la Noire. 1913. Fondation Hahnloser/Jäggli. Winterthour, Suisse. 

 

Rudolf Schlichter. Margot (1924.) Prostituée tenant une cigarette dans une rue déserte. Schlichter est un peintre de la Neue Sachlichkeit.

 

 

On terminera par cette présentation sur la Femme à la cigarette (1945, coll. part.) du peintre franco-tchèque Frantisek Eberl (1887-1962) et ci-dessous par une autre Femme à la cigarette, celle-ci de  2014, œuvre de Jacques Bral (1948-2021).

 

————————————————————————————————————

Mais n'oubliez pas : le tabac est mauvais pour la santé !

 

 

Tag(s) : #BEAUX ARTS
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :