Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Des cartes pour comprendre la Russie

 

Les grilles de lecture de la question 1 sont utilisées pour appréhender la complexité d'une situation géographique : la Russie, un Etat-continent eurasiatique en recomposition.(Programme)

 

• Europe, Asie, Eurasie ? L'immense fédération de Russie est d'abord perçue accompagnée par les anciennes républiques soviétiques. 

Deux fonds de carte, muets : l'un avec uniquement les actuelles divisions administrativesrusses, l'autre avec quelques repères (fleuves, anciennes RSS...).

Une carte des divisions administratives en anglais.

Le méridien 90°Est coupe pratiquement ces cartes en deux parties. Sur ces cartes, Moscou (38° E) paraît très excentrée ! Krasnoïarsk, sur les rives de l'Iénisséï, est beaucoup plus centrale. D'Est en Ouest, la Fédération de Russie occupe plusieurs fuseaux horaires, donc d'heures différentes : Poutine en a réduit le nombre par "commodité". Le Transsibérien (un centenaire) est une autre bonne façon de prendre conscience de cette extension longitudinale du pays. 

 

• Au-delà de l'Oural on quitte l'Europe des géographes (les russes et les autres) pour la Sibérie. Pour un russe vivant au fin fond de la Sibérie, l'espace à l'Ouest de l'Oural c'est l'Occident... Autrement dit pour nous : la "Russie d'Europe" (cf. cartes des villes principales à l'Ouest). La population est majoritairement à l'Ouest et les ressources naturelles principalement à l'Est. A l'époque soviétique, la gestion planifiée de l'économie consolidait le peuplement de la Sibérie. Depuis l'effondrement de l'URSS, la Sibérie a perdu des habitants (sauf régions pétrolières du bassin de l'Ob), souvent abandonnés à leur sort par Moscou (fermeture de kolkhozes, etc). 

 

• Il faut donc utiliser une carte des densités et prendre acte des évolutions démographiques contradictoires des régions (étant entendu que globalement la population de la Russie a baissé et baisse encore par excédent des décès sur les naissances).

 

• Le "vide" sibérien n'attire donc plus ? Les visées chinoises sont à prendre en considération. Les entreprises —notamment minières— du Japon, de la Chine et de la Corée du Sud lorgnent sur les ressources sibériennes : pétrole, gaz, bois, minerais... Des petits commerçants chinois s'installent en Sibérie pour vendre des marchandises importées de Chine. 

 

 

à suivre .......

 

—————————————————————————————————————

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :