Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Fonder son roman sur un fait divers, voilà qui situe Vanessa Schneider dans la lignée des grands, tel Stendhal avec "Le Rouge et le Noir" ou Flaubert pour "Madame Bovary". Schneider--pacte-des-vierges.jpgD'autant que sa réappropriation d'un article du Time Magazine de juillet 2008 ne manque pas d'originalité. Parmi les « dix-sept jeunes filles de moins de seize ans enceintes en même temps au lycée de Gloucester, USA», quatre s'entretiennent une dizaine de fois avec une journaliste française venue les rencontrer pour faire de leur aventure un livre… Ainsi dans ce roman choral le fait divers se reconstruit en fiction grâce aux confidences croisées de Lana, Kylie, Sue et Cindy, auxquelles V.Schneider prête des personnalités bien différentes.

Un pacte unit ces jeunes lycéennes vierges : elles ont choisi et programmé leurs grossesses et projettent d'élever ensemble leurs bébés comme frères et sœurs, dans un grand phalanstère sans hommes. Leur groupe constitue leur vraie famille, la vieille caravane près de la voie ferrée leur maison. Lana porte ce rêve et son charisme entraîne toutes les autres. Hormis Cindy qui tient à son petit ami, « les mecs, on en aura pas besoin pour élever nos gosses.»

Mais au fil des mois elle s'éloignent peu à peu de ce projet commun, ce « truc de gamine », quand chacune prend conscience des difficultés qui l'attendent après l'accouchement —« le fait d'être enceinte, je pense que ça m'a fait mûrir » avoue Sue. Leur ventre arrondi les rend plus pragmatiques, les sort de ce rêve enfantin de vivre entre elles en marge du monde : leur vie prend du sens, mais accoucher peut tourner au tragique…

Une foule de journalistes a envahi Gloucester : comme les parents, tous veulent savoir qui est le père ; la Fox offre un chèque à celle qui le révèlera. John, le SDF local, peut-être?... Les rumeurs vont bon train, mais les filles respectent leur loi du silence. Pourtant, peu à peu la journaliste « un peu mémère » leur inspire confiance quand elles comprennent qu'elle n'est envoyée ni par la police, ni par les familles : elles se confient,lui demandent son avis, voire son aide ; chacune se dit et raconte les autres.

C'est Lana, la meneuse au caractère fort et « sulfureux » qui souffre le plus de solitude et de manque affectif. Quand la pêche à la morue n'a plus rapporté à Gloucester, son père devenu chômeur a sombré dans l'alcool et s'est enfui ; sa mère, devenue elle aussi alcoolique et gravement dépressive, reste à la charge de cette adolescente d'à peine quinze ans. Cindy, qu'elle a autrefois connue en foyer, a plus de chance auprès de sa tante ; Kylie, l'ancienne mannequin Mini Miss, a le soutien de sa mère. Elle lui paiera même une échographie alors qu'aucune des filles n'a de suivi médical. Certes harcelée par la surveillance de ses parents puritains pratiquants, Sue n'est pas non plus  abandonnée…

V.Schneider élabore une fiction aussi froidement réaliste et dramatique que le fait divers. Son écriture restitue sans pathos ni fioritures inutiles les propos de ces « folles du lycée ». Être enceintes ne leur procure aucun bien-être — « On a toutes l'air de baleines » déplore Lana — et toutes refusent de parler de leur état. L'essentiel c'est d'offrir à leurs bébés l'enfance qu'elles n'ont pas connue. Mais la délivrance transforme les vierges en femmes et le rêve s'évanouit dans la joie et les larmes.

Vanessa SCHNEIDER  -  Le pacte des vierges

Stock, 2011, 190 pages.

 

Tag(s) : #LITTERATURE FRANÇAISE
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :