Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

➠ Wassyla Tamzali, avocate de formation et féministe militante, s'était déjà racontée dans "Une education algérienne", paru en 2007. Dans cet essai centré sur son engagement politique, sa colère s'exprime selon les lois du genre : lettre ouverte où la virulence polémique et les envolées Tamzali-Lettre.jpgrhétoriques interpellent sans détours les destinataires : ces "Européens désabusés". L'auteur parle en son nom mais se veut aussi le porte-parole du mouvement féministe maghrébin. Nomade entre Alger et Paris, cette "innommée" solitaire que nul ne veut entendre, dénonce la passivité des intellectuels de gauche, jadis luttant à ses côtés pour l'universalité, et qui ne s'engagent plus désormais au-delà de l'Europe dans ce combat pour la liberté et l'égalité des droits des femmes comme des hommes, quelle que soit leur religion.

➠ À en croire l'auteur, la religion musulmane traditionnelle éclairée et tolérante a désormais disparu au-delà de la Méditerranée, supplantée par l'islamisme. Empreint de domination patriarcale, il ne reconnaît pas les femmes comme des sujets libres mais leur assigne une identité : il impose les codes d'une morale sexuelle théologisée – alors que le Coran ignore la misogynie –, instrumentalise le voile et en fait un indice de la ségrégation sexuelle. Wassyla Tamzali soutient que le port du hijab ne répond pas à un choix religieux, comme on le croit en Occident ; il ne garantit pas davantage la liberté des femmes ni ne les protège  du harcèlement sexuel : il sert seulement à marquer l'ordre sexué, auquel on soumet à présent même les petites filles en Algérie. Dans les pays musulmans les femmes n'osent ôter leur voile, par crainte d'être exclues de leur société, jugées pro-occidentales ou islamophobes. Or, pour l'auteur, adepte de Simone de Beauvoir, on doit combattre sa culture et ses traditions si elles s'opposent à la liberté et au principe d'égalité en droits de tous les êtres humains. "La culture est ce qui me permet de ne pas être ce que je suis" écrit-elle.

Le silence et l'inaction des intellectuels de gauche rendent plus difficile encore le combat féministe en terre musulmane. Wassyla Tamzali estime que la tolérance héritée des Lumières est devenue en Europe synonyme de relativisme culturel. En France, où sévissent le racisme et les discriminations anti-maghrébins, on tolère le port du voile, ou le traitement sexiste des femmes dans les populations immigrées, soi-disant par respect de l'autre, chacun ayant droit à sa culture et sa religion. Or, cette reconnaissance de chacun dans sa différence – cette ouverture à la diversité –, amène à ne plus appliquer le principe d'égalité et va à l'encontre de l'universalité. De même, Wassyla Tamzali considère que la laïcité n'est pas le respect de toutes les religions, mais celui de la liberté de conscience. Or, ces concepts modernes font le lit de l'islamisme en France.

➠ L'auteur démasque les islamistes dits "modérés" que les stratégies politiques européennes visent à intégrer. Bien implantés dans les quartiers et les banlieues, discrets mais habiles à tromper, ils se prétendent laïcs. Néanmoins, rappelle Wassyla Tamzali, ils ne tolèrent, même en France, aucune différence dans leurs communautés : ils refusent la liberté de croyance et condamnent l'apostasie. Leur logique de radicalisation et de violence est caractéristique de tout fondamentalisme, "modéré" n'étant qu'un leurre. Pourtant, les intellectuels de gauche européens se replient dans le déni culturaliste : pour ne pas passer pour racistes, mais aussi par désenchantement : désabusés de l'Occident, ils voient en la diversité du monde et des cultures un nouvel espoir de bonheur selon l'auteur.

Les "Européens désabusés" ont cessé de se battre pour l'universalité des droits de l'homme ; les féministes européennes ont abandonné leurs soeurs du Sud en lutte pour l'égalité des sexes dans toutes les cultures ; laïcité, diversité, tolérance servent en réalité le discours politique sécuritaire... Cette "femme en colère" n'entend pas d'autre combat que le sien... Certes, elle évoque la résistance à l'islamisme des nouveaux penseurs de l'Islam : mais, censurés, victimes de fatwas comme Charfi en 2009, leur voix ne porte, d'après elle, qu'à l'étranger... Wassyla Tamzali semble ignorer l'énorme force d'opposition des associations de femmes – nées au Maroc et en Tunisie, mondialisées grâce à Internet – : pourtant, dans son enquête parue en Mars dernier, – " L'Islam moderne "–, N.Khouri-Dagher témoigne de l'impact, dans les trois pays du Maghreb, de ces réseaux de femmes combattant l'intégrisme : par exemple, la plus célèbre, la Women Living Under Muslim Laws.
Sans doute ces associations ne sont-elles pas "féministes" à ses yeux...

Wassyla TAMZALI
Une femme en colère
Lettre d'Alger aux Européens désabusés

Gallimard, 2009, 147 pages.


 
Tag(s) : #MONDE ARABE, #ALGERIE