Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

On croit le connaître bien ce couple Arnolfini, lui le marchand italien venu dans les Flandres, avec son large chapeau noir, elle dans son immense robe verte. Ils se tiennent par la main, elle est peut-être enceinte, et ça se passe vers 1434 alors que Jan Van Eyck est devenu un maître excellant dans l'art d'une peinture à l'huile très soucieuse des moindres détails. Sous-titré “Les secrets du tableau de Van Eyck, roman d'investigation”, l'essai de Jean-Philippe Postel va bousculer les thèses les plus couramment admises sur cette œuvre conservée à la National Gallery à Londres.

Examinant à la loupe les personnages et tous les objets visibles, reprenant les différentes lectures qui ont été faites de ce tableau, aucune jamais pleinement satisfaisante, l'auteur tente de percer le mystère avec une maestria confondante.

« Le tableau peut maintenant se déchiffrer à la façon d'un rébus » clame Postel en inaugurant son dévoilement. Il remarque l'unique chandelle allumée au dessus d'Arnolfini alors qu'est éteinte celle qui se trouve du côté de l'épouse. Ce signe de mort est ensuite retrouvé sur les petites scènes entourant le miroir : le Christ est vivant du côté du mari, mort du côté de l'épouse. D'autres éclairages de l'essayiste opposent le monde des vivants et celui des morts. De la surgit chez le lecteur cette intuition que l'épouse est décédée et que le tableau a été peint en souvenir des temps heureux du mariage.

Continuant de faire parler — littéralement ! — la peinture, Postel ne manquera pas de vous surprendre, jusqu'à trouver dans le portrait de l'Italienne une ressemblance étonnante avec la femme et modèle du peintre, Margaret Van Eyck.

Bien d'autres surprises attendent le lecteur ! La reproduction de nombreux détails de l'œuvre permet de suivre pas à pas l'enquête.

Désormais, voici un livre incontournable pour connaître l'œuvre du maître flamand et une ressource utile pour les enseignants qui sont amenés à préparer des cours sur l'art du XVe siècle.

Jean-Philippe Postel. L'Affaire Arnolfini. Actes Sud, 206, 155 pages.

Tag(s) : #BEAUX ARTS, #ESSAIS, #HISTOIRE MOYEN AGE