Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 
SCARFACE : UN ROMAN ET DEUX FILMS
Le Milieu avait été marqué par des gros bras mal fringués arborant des casquettes à carreaux. Après la guerre, au temps des « Roaring Twenties »  de la Prohibition et des filles à cheveux courts, le gangster nouveau est arrivé. Il avait fait la guerre en Europe puisque le président Wilson a eu la bonne idée d'envoyer son armée de Sammies jusqu'en Lorraine. Il en a rapporté une belle balafre : c'est ainsi qu'est né Scarface sous la plume —ou la Remington — d'Armitage Trail. Il fréquente les maisons de jeu, il est élégant et revêt un smoking pour danser avec sa porte-flingue. Il contrôle les distilleries et les débits de boissons clandestins —les "speak easy"— et élimine froidement la concurrence à coup d'automatiques et de rafales de mitraillettes Thompson. Les juges et les policiers sont corrompus et les jurys menacés.

À la lecture de ce petit roman, c'est sous nos yeux, la naissance du film de gangsters. En V.O. et en noir et blanc. L'auteur, de son vrai nom Robert Coons, est mort en 1931 dans un cinéma Paramount de Los Angeles. Mais l'action se passait bien sûr à Chicago avant le triomphe d'Al Capone qu'on a surnommé Scarface. Le FBI n'avait pas été créé pour agir contre ces bootleggers, mais en 1908 par l'Attorney General Charles Bonaparte (sic). Au temps de la Prohibition ces "Incorruptibles" —rappelez-vous Eliot Ness— pourchassaient effectivement ces criminels dans Chicago et puis Franklin Roosevelt supprima la Prohibition en 1934. Et la mafia se reconvertit.

Dans le film de Brian de Palma, Scarface (1983) avec Al Pacino et Michelle Pfeiffer, on est bien loin de l'histoire initiale ! Tony Montana y est un petit truand expulsé de Cuba qui débarque à Miami ! Question de mode ? C'est censé être un remake du film de 1932 réalisé par Howard Hawks et produit par Howard Hugues. Déjà dans cette première adaptation, le scénario ne collait pas pleinement au récit d'Armitage Trail. Un petit malfrat, Tony (Paul Muni) tue son patron et devient le garde du corps de Lovo, chef du gang rival. Amoureux de Poppy, la petite amie de Lovo, il veille jalousement sur sa soeur Cesca (Ann Dvorak), lui interdisant toute liaison sentimentale. Avec son complice Guido Rinaldo, Tony prend peu à peu le pouvoir au sein du gang de Lovo. Avant de contrôler toute la ville, jusqu'au duel final et fatal. La censure (le Hays Office) avait imposé une autre fin pour le public américain : la pendaison.
 
LES GANGS, LES FILLES ET LES FLICS
 
• Si vous ne voulez pas connaître les détails du roman, arrêtez ici votre lecture !
Armitage Trail nous montre donc la famille Guarino. Les parents sont de petits épiciers. Le fils aîné, Ben, fait carrière dans la police. Le cadet, Tony prend la voie opposée. Ils ont une petite sœur qu'on rencontrera plus loin dans l'histoire. D'emblée, Tony séduit Vyvyan Lovejoy, une danseuse "toute rutilante d'un tas de bijoux en toc", ce qui l'amène à éliminer Al Spingola en un premier crime passionnel. Pour échapper à la justice, Tony s'engage dans l'armée. Dans sa famille comme dans la bande de Klondike O'Hara, on le croît mort.
 
« Il rentrait avec un nouveau visage et un tas de nouvelles idées, idées qui, si elles lui étaient profitables, s'exerceraient inévitablement, lors de leur mise en pratique, au détriment de la communauté où il choisirait de les appliquer. Cette atroce nuit de bataille dans les bois qui lui avait rapporté ses médailles – médailles qu'il conservait dans une poche intérieure, boutonnée, de sa veste, sans même arborer les décorations là où tout un chacun aurait pu les voir - lui avait aussi laissé une longue cicatrice livide sur le côté gauche du visage, un cal épais courant du haut de l'oreille à la pointe du menton. Les muscles et nerfs qui entouraient sa bouche avaient dû être impliqués dans l'affaire, d'une manière ou d'une autre et, à présent, le coin gauche de sa bouche tirait en permanence vers le haut, pas énormément, mais suffisamment pour modifier son apparence de façon surprenante. Quand il souriait, ce coin-là refusait de sourire, et conférait à son visage un aspect étonnamment sinistre.»

Revenu balafré, il élimine Vyvyan qui ne l'a ni attendu ni reconnu. Il prend alors une nouvelle identité, celle de Tony Camonte, et devient rapidement le bras droit de Johnny Lovo.
 
« Lovo était un homme de trente-cinq ans environ, petit et court sur pattes, noir de cheveu et bien habillé, qui portait au doigt un gros brillant, et à la cravate une grosse épingle en diamant, dont le visage pas vraiment déplaisant s'éclairait d'un infatigable sourire et qui mâchouillait un sempiternel long cigare noir. Il avait pignon sur rue à Cicero depuis nombre d'années, en tant que tenancier de diverses maisons de jeu et de passes. La Prohibition n'avait fait que mettre une nouvelle arme entre ses mains, un outil tout neuf qui allait lui permettre de pousser plus avant la recherche et l'accumulation de son immense fortune.»


Lovo l'envoie, avec la séduisante Jane Conley, la Porte-Flingue, assassiner Jerry Hoffman, le chef de bande du North Side. Lovo n'est pas un gangster dans l'âme. Effrayé par la multiplication des meurtres, il décide de prendre sa retraite et place Tony à la tête de son gang. Désormais Tony et Jane triomphent. Mais le gang de North Side est repris et développé par Schemer Bruno dit le Magouilleur. Et c'est la guerre des gangs. Un jour, Tony reçoit imprudemment à son bureau Katherine Merton, une jolie fille qui se fait passer pour une journaliste. Il ignore que c'est la maîtresse de Bruno… et la sœur de Jane. La quatrième femme c'est Rosie Guarino, qui a épousé en secret Mike Rinaldo, le bras droit de Tony. C'est en quelque sorte la coalition informelle des nanas qui va faire chuter Scarface puisque Ben Guarino, devenu le chef de la police, est renseigné et "instrumenté" par elles. Pas le FBI ni le fisc.

Armitage Trail - SCARFACE
214 pages. - Rivages/Noir (1992 et poche 2005)

 

 

 

 


 

 

 

 

Tag(s) : #LITTERATURE ETATS-UNIS