Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Michelangelo Buonarotti — Michel-Ange, voyons! — passe l'été 1505 à Carrare pour choisir les blocs de marbre qui lui permettront de réaliser le tombeau du pape Jules II, à la demande de ce dernier. Grâce aux statues qui orneront ce tombeau, « Il aura enfin la gloire qu'il mérite ».

Que le lecteur ne s'attende pas réellement à lie un roman historique ni à approfondir sa connaissance de l'art du Cinquecento ! La romancière a plutôt cherché à faire découvrir la personnalité de Michel-Ange, dont on connaît l'histoire par les Vies de Vasari.

L'artiste toscan redécouvre Carrare, un gros village près de la côte, ce qui facilitera l'expédition du marbre par bateau jusqu'à Rome. Ces mois passés en compagnie des ouvriers carriers lui permettent de mieux connaître certains d'entre eux, Topolino le carrier, Cavallino le fou du village, ou encore Michele un jeune garçon dont la mère vient de décéder. Ces rencontres ne sont pas forcément des moments de plaisir pour l'artiste tourmenté par la mémoire de deux visages, celui de sa mère et celui d'Andrea, un jeune moine à « la beauté lumineuse », qu'une épidémie vient d'emporter.

L'étude de la sensibilité de Michelangelo guide tout le roman et lui confère une grâce certaine. Quelques vers de Pétrarque illustrent le texte et nous rappellent que Michelangelo partageait aussi le goût de la poésie et qu'il en a lui-même composé. Les chapitres sont autant de scènes écrites avec légèreté et simplicité ; on en vient pourtant à regretter qu'il n'y ait pas plus d'approfondissement de l'action et des personnages dans ce joli petit roman.

• Léonor de Récondo. Pietra Viva. Sabine Wespieser éditeur. 2013, 228 pages.

 

Tag(s) : #LITTERATURE FRANÇAISE, #RENAISSANCE