Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié initialement en 1929, ce passionnant roman de l'argentin Roberto Arlt — qui forme un dyptique avec "Les Lance-Flammes" — est bâti sur une intrigue qui se Arlt - 7 fousdéroule à Buenos Aires. Si les lieux sont bien présents par des noms de rue ou de quartiers, les personnages qui les fréquentent, à commencer par Remo Erdosain, vivent amplement dans leur imaginaire et des troubles psychiques les entraînent à imaginer une conspiration qui changerait le monde — et qui n'a rien de  "politiquement correct"!

• Ayant volé la société qui l'emploie Erdosain recherche quelqu'un qui puisse lui   prêter les six-cents pesos qu'il doit rembourser : ceci permet au lecteur de faire  connaissance avec les sept fous. La personnalité d'Erdosain a de multiples facettes : un escroc, mais aussi un inventeur en puissance, un angoissé suicidaire, ainsi qu'un illuminé notoire, ce qui fait beaucoup pour un seul homme. Mal à l'aise dans ses relations avec les femmes, il fréquente les bordels mais prétend éviter les rapports sexuels et reste habillé quand Elsa le rejoint pour leur nuit de noces. Voilà l'homme qui rêve de devenir Maître du Monde après avoir liquidé une bonne partie de l'humanité avec des armes chimiques et des bombes de sa façon.

• Ce rêve fou de devenir un surhomme anime aussi l'Astrologue signalé par son « visage rhomboïde », sa pilosité et son gibus. Sa propriété de Temberley au sud de Buenos Aires sert de rendez-vous aux conjurés. Il rêve de fonder une société secrète et aristocratique pour diriger le monde ; il s'est renseigné sur le Ku Klux Klan très puissant dans l'Amérique des années vingt. L'Astrologue prévoit de financer ce projet par les bénéfices d'un réseau de maisons closes. Il s'est adressé à un homme du métier, Arturo Haffner, dit le Ruffian mélancolique, pour préparer ce projet. Haffner, qui tire Erdosain de son embarras financier, est l'homme riche de la bande et peut-être le seul qui ait les pieds sur terre : « La seule chose que je fais pour vous, c'est vous établir un budget, rien de plus.» Le pharmacien Ergueta, lui, est fou de jeu ; il rêve aussi de devenir Maître du Monde et par goût de la provocation il a épousé une jolie prostituée, Hipolita, repoussant du même coup une riche héritière. Quand il se retrouve à l'asile le Christ lui apparaît en songe et l'accomplissement de miracles semble à sa portée ! Dans la bande réunie par l'Astrologue, on compte aussi le Chercheur d'or, prêt à partir vers les lointaines provinces de Patagonie pour trouver la fortune ; le Major qui projette d'organiser un putsch conduisant à la dictature militaire — prémonition de ce qui aura effectivement lieu en 1930 —; ainsi que le juif Bromberg alias l'Homme-qui-a-vu-l'accoucheuse ! Voila pour la bande des sept fous. Les autres personnages sont Elsa mariée à Erdosain, qui juge plus sage de fuir avec son amant, et son cousin Gregorio Barsut. Du fait qu'Erdosain a des comptes à régler — je ne peux en dire plus — Barsut va servir de bouc émissaire. Sous la menace il devra financer les projets de l'Astrologue et il sera question de l'éliminer.

• Avec ce trombinoscope on a à la fois tout dit et rien dit. L'écriture de Roberto Arlt combine une rédaction souvent raffinée et des formules en coup de poing — avec de J.Machado.jpegl'argot porteño bien rendu par les traducteurs — et pleines d'excès. La description du projet des sept fous est l'un des thèmes où passe cette écriture puissante. Le point de départ est que la société moderne est dans l'impasse. Il faut sauver « les âmes que la civilisation a rendues malades…» L'Astrologue juge que « Les villes sont le cancer du monde » et en conséquence « que ceux qui ne se sentent pas bien en ville s'en aillent dans le désert…» comme les premiers chrétiens allaient vivre et prier "in deserto". Sur quelles bases fonder le renouveau ? « Le plus pratique sera de revendiquer les principes les plus opposés » dit l'Astrologue qui poursuit : « Je ne sais pas si notre société sera bolchevique ou fasciste.»

Outre le KKK, l'Astrologue a cherché des modèles. « Ma société sera inspirée par celle qu'a organisée au début du IXe siècle un bandit nommé Abdala-Aben-Maimum. Naturellement, sans l'aspect industriel que je laisse filtrer dans la mienne, et qui garantit forcément son succès. Maimum voulut faire fusionner les libres-penseurs, les aristocrates et les croyants de deux races aussi différentes que les Perses et les Arabes, dans une secte où il instaura divers degrés d'initiation et de mystères. Il mentait effrontément à tout le monde. Aux juifs, il promettait la venue du Messie, aux chrétiens celle du Paraclet, aux musulmans celle de Mahdi (…) Les dirigeants de ce mouvement étaient de fabuleux cyniques qui ne croyaient absolument à rien. Nous les imiterons.» Nombre de passages reprennent ces inquiétantes indications : « Je veux être manager des fous…» ou encore : « Nous rétablirons les autodafés…» Si Erdosain rêve de bombes, de pestes et de gaz de combat le Major songe lui aussi à des moyens violents : « Nous créerons ainsi un corps révolutionnaire fictif. Nous cultiverons tout spécialement les attentats terroristes...»

Il y a quelque chose du futurisme de Marinetti dans cet artistique jaillissement de violence, conjugué à un vocabulaire parfois technique et scientifique — je pense au visage "rhomboïde" de l'Astrologue ! — sans pour autant empêcher les passages oniriques... Sans doute faut-il parler ici de l'esprit des années vingt ?Pour toutes ces raisons, ce n'est pas un ouvrage qui sera jugé accessible par tous les lecteurs.

Roberto ARLT  -  Les Sept Fous

Traduit de l'espagnol par Isabelle et Antoine Berman. Belfond, 1981 et 2010, 370 pages.

 

 

Tag(s) : #AMERIQUE LATINE, #ARGENTINE
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :