Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Qu'est-ce qu'un bon roman ? Un classique, un livre qui a fait date ? Sans doute, du moins souvent. Un livre difficile, pensent certains, parfois avec raison, mais pas forcément. Un livre qu'on dévore ? Pas toujours car on dévore aussi des choses basiques, des romans sans génie. La lecture d' "Au Bon Roman" fera-t-elle avancer vers une définition ? Non. Et pour la raison suivante : l'objectif de Francesca et d'Ivan, les héros du livre, est d'ouvrir une librairie où la qualité du fond primera sur les nouveautés ; elles ne Cosse-Roman.jpegpourront y entrer qu'après un séjour au purgatoire. Et ce fond de 3 000 et quelques titres est décidé par un comité secret d'écrivains choisis par Francesca et Ivan. C'est seulement quand des attaques nominales paraissent dans la presse que Francesca se décide à rédiger un manifeste pour le roman (Extrait des pages 306-308 de l'édition Folio) :

« Nous n'avons que faire des livres insignifiants, des livres creux, des livres faits pour plaire. Nous ne voulons pas de ces livres bâclés, écrits à la va-vite, allez, finissez-moi ça pour juillet, en septembre je vous le lance comme il faut et on en vend cent mille, c'est plié. […] Nous voulons des livres qui n'éludent rien du tragique humain, rien des merveilles quotidiennes, des livres qui nous fassent revenir l'air dans les poumons. Et quand il n'y en aurait qu'un par décennie, quand il ne paraîtrait qu'un Vies minuscules tous les dix ans, cela nous suffirait. »  

De même que Nathalie Sarraute exposait dans "Les Fruits d'or" l'histoire d'un livre depuis sa sortie jusqu'à son oubli en passant par les étapes de son succès, de même Laurence Cossé fait l'histoire de cette librairie d'exception, plus proche du rêve de lecteurs exigeants, que du "business plan" le plus élémentaire pour éviter la faillite. Clin d'œil à "Shakespeare and Company" — la librairie légendaire que tint Sylvia Beach rue de l'Odéon de 1919 à 1941—, le lieu chic où Francesca implante "Au Bon Roman", rue Dupuytren en plein Quartier latin, n'en fait pas une librairie tous publics.... Pourtant le succès sera au rendez-vous, du moins un certain temps, porté par des clients addictifs. Chemin faisant, le lecteur voit défiler des auteurs et des titres, français et étrangers. On assiste à la redécouverte de Marcel Aymé et on croise des auteurs actuels moins connus tels Christian Oster, Stéphane Audéguy, Christian Gailly ou Noëlle Revaz. Fort heureusement, le "name dropping" — inévitable dans un tel roman — est pratiqué avec sagesse par Laurence Cossé.

La librairie "Au Bon Roman" s'attire des ennemis mortels avant d'avoir des concurrents en plein Paris et des imitateurs en Amérique. Des membres du comité secret sont agressés — c'est ainsi que le livre démarre. Francesca et Ivan croient dur comme fer qu'un complot s'est créé contre eux. Il y aura donc à la fois un roman à coloration d'enquête policière, un roman psychologique où Francesca et Anis sont rivales pour conquérir Ivan, un roman "économique" où l'utopie se mesure aux réalités du marché et aux contraintes financières, un roman social sur la vie des écrivains restés par choix à l'écart des projecteurs médiatiques.

Sur ce fond de critique de la culture commerciale et de divertissement, il est normal que France Culture et arte soient salués, avec une mention spéciale pour la revue "303" dont la littérature n'est pourtant pas l'objectif premier... On sourira bien sûr de quelques piques contre la presse parisienne dominée par "Le Ponte" et son patron "Tourterelli"… dont les pages "débats" ouvrent un créneau au plus méchant ennemi de la littérature de qualité. On pourra éventuellement s'irriter de quelques longueurs dans le récit des aventures des promoteurs d' "Au Bon Roman" même si la structure narrative est très élaborée et présente l'originalité de faire tardivement comprendre l'identité de la narratrice.

Laurence COSSÉ  -  Au Bon Roman

Gallimard,  2009 et Folio 2010, 458 pages.

 

 

Tag(s) : #LITTERATURE FRANÇAISE
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :