Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

En raison de ses activités professionnelles, Bruno Patino se proclame grand utilisateur de smartphone qu'il avoue consulter quotidiennement un nombre énorme de fois. Il a ainsi été amené à réfléchir aux dangers d'une sollicitation permanente de notre attention. Il a découvert que les méfaits d'un usage addictif de Twitter, Facebook ou tout autre réseau social ne sont pas de regrettables effets secondaires non désirés mais une dérive programmée par les concepteurs de ces applications. Pour nous en convaincre, il revient sur l'histoire de ces technologies, montre comment des multinationales en ont pris les commandes et propose une salutaire remédiation.

 

Le titre accrocheur trouve son explication dans une expérience sur l'attention du poisson rouge dans son bocal. Elle est minime et du même ordre que celle de l'utilisateur de smartphone accro aux réseaux sociaux et abonné à toutes les notifications possibles. 8, 9 secondes et ça repart ! Cette colonisation de l'attention détruit les capacités de notre cerveau, compromet l'éducation, empoisonne les proches et gâche la vraie vie sociale. Et Bruno Patino de rappeler que de nombreux dirigeants et inventeurs d'Internet et de ses applications envahissantes placent leur progéniture dans des écoles déconnectées voire sans ordinateur.

 

L'auteur donne des chiffres qui font frémir. Il situe l'addiction au smartphone par rapport à d'autres addictions. Il nous rappelle qu'à l'origine de cet enfer il y avait une utopie magnifique de diffusion du savoir et de liberté, mais que le beau rêve s'est heurté à deux écueils : « l'emportement collectif né des passions individuelles et le pouvoir économique né de l'accumulation ». Les qualités d'Internet sont coincées, écrasées, entre les « clash d'opinion » et l'avalanche de la publicité commerciale. Ainsi les géants de la tech nous manipulent avec des algorithmes qui pompent nos clics et vampirisent notre temps. Comme si le bavardage des réseaux ne suffisait pas des robots ventriloques produisent de la fausse information en un flot ininterrompu jouant de la crédulité jusqu'au complot. L'intelligence artificielle produit de la bêtise artificielle...

 

Il faudra que le politique et le citoyen mettent de l'ordre dans ce nouveau média. « Il y a une voie possible entre la jungle absolue d'un Internet libertaire et l'univers carcéral de réseaux surveillés » estime Bruno Patino, qui veut rester optimiste quant à l'avenir de la civilisation digitale, « un nouvel humanisme numérique » est possible. Et l'auteur d'indiquer quelques pistes judicieuses.

 

Bruno Patino. La civilisation du poisson rouge. Petit traité sur le marché de l'attention. Grasset, 2019, 179 pages.

 

Tag(s) : #ESSAIS, #SOCIETE
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :