Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sujet central du tableau ou pas, la Nuit nous permet de parcourir la peinture occidentale depuis Giotto.

 

James Abbott McNeill WHISTLER. Nocturne in Black and Gold, the Falling Rocket, 1874. Cambridge (Massachusetts), Harvard Art Museums, Fogg Art Museum.

 
Homme de caractère et peintre audacieux, Whistler a surpris le public et connu un succès international. « En 1878, Whistler poursuit en justice pour diffamation le critique John Ruskin après que celui-ci a condamné sa peinture le Nocturne in Black and Gold : The Falling Rocket (1874). Au procès, l'avocat de John Ruskin croise Whistler et lui dit : « Combien de temps vous a-t-il fallu pour peindre Nocturne in Black and Gold ?, « Une demi-journée », répondit Whistler, « Ainsi », continue l'avocat, « vous facturez deux cents guinées le travail d'une demi-journée ? », « Non, mais pour l'expérience d'une vie ! », répondit Whistler. Whistler eut une indemnisation symbolique, mais le procès lui avait coûté mille livres, plus les dépenses.» (source : Wikipedia). Whistler serait le modèle du peintre Elstir d'A la recherche du temps perdu de Marcel Proust.

​​​​​​

 

1 - LES COULEURS DE LA NUIT

La nuit se fait noire pour accentuer le caractère dramatique d'un sujet et mettre en scène des événements tragiques ou remarquables.

 
Eugène ISABEY. Embarquement du cercueil de Napoléon Ier à bord de la frégate La Belle Poule. 1842. Château de Versailles.
 
               
Arnold BÖCKLIN. L'attaque des pirates. Huile sur acajou. 1880.
Cologne, Wallraf-Richartz Museum.
 
Mais il ne suffit pas que la tableau fasse la part belle au noir pour entrer dans cette présentation de la nuit en peinture. Le Caravage et les peintres de son temps plaçaient leurs compositions sur fond noir par esthétisme — avec le clair obscur — plus que par la nécessité de leur sujet.
 

Plus près de nous, le Carré Noir de Kasimir Malevitch n'est pas davantage une figuration de la nuit ! Malevitch avait aussi peint d'autres versions de son Carré en blanc et en rouge… de même qu'une croix noire.

Kasimir MALEVITCHCarré noir. Galerie Tretiakov, Moscou, 1915.

 
En revanche, les ténèbres qui surviennent lors de la Passion du Christ justifient un ciel noir, ou du moins très foncé, par exemple chez Mathias Grünewald pour la Crucifixion au centre du retable d'Issenheim, ou pour celle de la National Gallery de Washington. La lumière rejaillira avec la Résurrection.
             
Mathias GRÜNEWALD. Crucifixion. 1511
National Gallery of Arts, Washington D.C.
 
Noire enfin, la Nuit de Saint-Paul vue par Chagall où l'on admire l'effet étonnant des tracés blancs.
 

Marc CHAGALL. La nuit de Saint-Paul. 1980. Nice, Musée Marc Chagall.

 
Pas complètement noire, la nuit peut être seulement grise, sous l'effet des lumières d'une ville proche, par exemple, ou parce que la lune perce entre les nuages.
 

Léon BONNAT. Le lac de Gérardmer. 1893. Mudo, Beauvais.

 
Noire, grise, pourquoi pas verte ? C'est le choix étonnant de Giotto pour l'arrière-plan de sa fresque représentant le rêve du pape Innocent II, (alors que le bleu se trouve au-dessus de la tête du pape) et cinq siècles plus tard de Wright of Derby.
 

GIOTTO. Le rêve d'Innocent II. C 1298. Basilique d'Assise.

 
Joseph WRIGHT of DERBY (1734-1797). Bridge through a cavern, Moonlight.
Derby Museums & Art Gallery.
 
Pourtant c'est en bleu que la nuit se représente le plus souvent. D'ailleurs l'expression "bleu nuit" est banale. La nuit est bleue et étoilée pour Edward Munch comme pour Vincent Van Gogh.
              
Edward MUNCH - Nuit étoilée. 1892.
 
Les lumières de la ville d'Arles se reflètent sur le fleuve, en compétition avec les étoiles qui ont largement disparu des nuits de nos villes à l'atmosphère polluée.

 

Vincent VAN GOGH, La nuit étoilée sur le Rhône.1888. Paris, Musée d'Orsay

 

Du même Vincent Van Gogh, une autre interprétation de la nuit étoilée est encore plus connue, celle que l'artiste a réalisée en juin 1889 à Saint-Rémy de Provence depuis la fenêtre de sa chambre. Elle donne une sensation de vie en même temps que le maëlstrom des nuages crée une impression d'angoisse.

 

Vincent VAN GOGH. Nuit étoilée, 1889. New York, Musée d'Art moderne.

 

Peter DOIG (né à Edimbourg, 1959). Milky Way, 1990, coll. de l'artiste.

 

Encore une nuit étoilée, mais une version plus récente d'un siècle, avec cette œuvre où Peter Doig tente de figurer la Voie lactée et son reflet sur un plan d'eau où flotte une barque solitaire que le spectateur isole dans un deuxième temps de sa contemplation des arbres encore verts du rivage : petitesse de l'homme sous la voute céleste.
 
 
Pour Caspar David Friedrich, au contraire, la couleur de la nuit peut s'apparenter au brun marron. C'est le cas de cette toile où deux sœurs contemplent la cathédrale et les voiliers à quai dans le port, créant une impression de tristesse.
 
                             

 

Caspar David FRIEDRICH. Nacht im Hafen. 1818-20. Hermitage, Saint-Petersbourg. On a a légèrement éclairci l'image pour percevoir suffisamment les détails cachés dans l'obscurité.
 

 

Silke SILKEBORG. Stuttgart de nuit, 2015.

 

Artiste peintre allemande, Silke SILKEBORG travaille de nuit, ici sur une hauteur, pour saisir un paysage qu'elle peaufine ensuite en atelier. Ici l'image n'est qu'une suite de détails ponctuels, signes lumineux de la ville, de son éclairage, de sa circulation. Pas besoin de la lune, contrairement à ce qui suit.
 
 
 
2 - PAYSAGES AU CLAIR DE LUNE
 

 

Arkhip KUINDZHI (1841-1910). Le reflet de la Lune sur le Dniepr. 1880, Musée russe, Saint-Pétersbourg. L'artiste avait fait partie du groupe des Ambulants.
 
             

Antoine-Jean GROS. Sapho à Leucate. 1801. Bayeux Musée Baron-Gérard.

 
La Poésie se déploie lorsque "le soleil a cédé l'empire à la pâle reine des nuits" (Lamartine).
 

             

Carl Gustav CARUS. Vue du Colisée la nuit. 1830s. Musée de l'Hermitage.

 
Cette Lune accompagne le paysage romantique rehaussé par les ruines. Elle le dramatise s'il est dominé par une tour féodale ou une éruption volcanique.
 
             
BÖCKLIN. Paysage au clair de lune avec ruine. 1849.
 

Marco RICCI (1676-1730). Paysage nocturne fantastique. 1708. Musée de Brest.

 

 

Pierre-Jacques VOLAIRE dit le Chevalier Volaire. Eruption du Vésuve et vue de Portici. Fin XVIIIe siècle. Nantes, Musée des Beaux-Arts.

 

              
J.B. JONGKIND. Clair de Lune à Overschie (Rotterdam), 1855.
 

Vingt ans plus tard. La lune ne se reflète plus sur l'eau mais luit sur les pavés parisiens. La ville ne semble pas sûre.

                                 
Johan Barthold JONGKIND. La rue Saint-Séverin la nuit, 1887,
Musée Carnavalet à Paris.
 
Après la ville du XIX° siècle, une vue nocturne de Manhattan due au peintre américain George Ault (1891-1948).

George AULT. The Moon. 1945. New York, MoMA.

 

3 - MARINES NOCTURNES

La Lune accompagne souvent ces scènes nocturnes. En commençant par une autre œuvre de Wright of Derby de structure similaire à la précédente. 

 

Joseph WRIGHT of DERBY. Grotto in the Gulf of Salerno, Moonlight. 1780-90.
Derby Museums & Art Gallery
 

Grottes, ruines, clair de lune, le romantisme aime la nuit... et les marines apaisantes. Voici à présent trois marines de Claude-Joseph Vernet (1714-1789):

               
Claude Joseph VERNET. Clair de lune dans les environs de Citta Nuova, Illyrie. 1761. Saint-Petersbourg, Musée de l'Hermitage.
 
                
Claude Joseph VERNET. Entrée du port de Palerme au clair de lune. 1769.
Saint-Petersbourg. Musée de l'Hermitage.

                

Claude Joseph VERNET. Un port de mer au clair de lune. 1761, Louvre.
 
Un siècle plus tard le peintre russe d'origine arménienne Aivazovski (1817-1900), célèbre par ses visions orientalistes, a développé le goût des marines.

              

Ivan Contantinovitch AIVAZOVSKI. Nuit de clair de lune. 1849.
 
 

Winslow HOMER. Le Phare de Wood Island au clair de lune. 1894, Metropolitan, New York.

 

Félix VALLOTTON. Clair de lune. vers 1895. Paris, Musée d'Orsay.
"Entends ma chère, entends la douce nuit qui marche". (Baudelaire).

 

Félix Vallotton venait de rejoindre les Nabis quand il peignit ce paysage nocturne. Impressionnistes et post-impressionnistes, malgré leur rupture avec la tradition, n'ont pas renoncé aux nocturnes ni aux marines, d'autant qu'ils peignaient sur le motif.

 

Maximilien LUCE. Camaret au clair de lune. 1894.

 

En fait, la marine de nuit avait inspiré depuis longtemps les peintres, dès le Siècle d'Or hollandais.
              
Hendrick AVERCAMP. (1595-1634). Pêcheurs au clair de lune. (Vissers bij maanlicht). Amsterdam, Rijksmuseum.

 

Son clair de lune paraît bien puissant... et les ombres sont faiblement esquissées alors que Manet, ci-dessous, les noircit au possible, toujours pour figurer l'activité des pêcheurs.

 

Edouard MANET. Clair de lune sur le port de Boulogne. 1869.
Paris, Musée d'Orsay
 
              
William TURNER (1775-1851). Le naufrage. 1805. Tate Gallery.
"C'était pendant l'horreur d'une profonde nuit" (Racine)

 

James Abbott McNeill WHISTLER - Nocturne in Blue and Silver- The Lagoon, Venice. 1880. Boston, Museum of Fine Arts. Ici la Lune n'est pas visible. La nuit est à peine ponctuée de quelques lumignons.

 

Maurice de VLAMINCK (1876-1958). La mer, la nuit.  - coll.part.
 
 
4 – SCENES DE LA VIE URBAINE
 
Au rayon des scènes de nuit au cœur de la vie urbaine, la toile géante de Rembrandt s'impose. Plus qu'une représentation menaçante de la nuit, voici des bourgeois regroupés en milice qui se donnent en spectacle.
 
Rembrandt VAN RIJN. La Ronde de nuit. 1642.
Amsterdam, Rijksmuseum.(363 x 437 cm).
 
 

Francesco GUARDI. Procession de nuit, place San Marco.

Oxford, Ashmolean Museum. Vers 1755.
 
Albert MARQUET. Le Pont Neuf, la nuit.
Paris, Centre Pompidou.
 
Les plaisirs nocturnes, c'est la danse, la fête foraine ou le carnaval, et ici la joie éclate... 
             
Willem Cornelisz DUYSTER - Carnaval et clowns. 1620, Gemäldegalerie, Berlin.
 
               

Jean-Antoine WATTEAU. Les comédiens italiens. 1716. Berlin, Gemäldegalerie.

 
Douze acteurs de la Commedia dell'arte sont réunis après le spectacle. Pierrot joue de la guitare, entouré de Colombine qui tient un masque, d'Arlequin, de Polichinelle et de Scaramouche. 
                                
Ernst Ludwig KIRCHNER. Potsdamer Platz. 1914.
Berlin, Nationalgalerie.
 

 Kees VAN DONGEN. Les Fêtards. Troyes, Musée d'art moderne.

 

Auguste CHABAUD (1882-1955) Magic City, les lumières dans la rue (vers 1910) Huile sur carton, coll. part.

 

Pedro UHART. Nuit au Crazy Horse. 1980. Paris, Centre Pompidou

 
Le peintre venu du Chili illustre ici avec humour la nuit parisienne en stylisant un spectacle de la célèbre boîte de nuit.
 
Mario AVATI (1921-2009). La nuit moscovite. 1991. Beauvais-MUDO
 
             
Edward HOPPER. Nighthawks. 1942. Chicago, Art Institue.
 

 

Leonid AFREMOV. Swimming Sky.

 
Peintre biélorusse né en 1955 à Vitebsk, émigré en Israël en 1990 puis aux USA, à Boca Raton, Floride. 
 
 
5 – L'ALLEGORIE DE LA NUIT
 

Jan I SADLER. La Nuit (Nox) 1582. Rennes, Musée des Beaux Arts

 
La Nuit crache ses vapeurs et dissimule peu à peu les fêtards qui se dirigent vers le palais. Les musiciens jouent de la mandoline. Chauve-souris, chouette et hibou accompagnent le déploiement de  la Nuit. Le mot "Nox" s'inscrit dans les nuées...
 
Annibal CARRACHE. La Nuit portant le Sommeil et la Mort.
Chantilly, Musée Condé.
 
"Celui qui n'est pas prêt à affronter la mort au terme de sa vie ne sera pas en paix quand tombera la nuit"- Proverbe indien.
 

Artemisia GENTILESCHI. Aurore. Coll.part.

 
" C'est ici le combat de l'ombre et de la nuit" (Victor Hugo). L'Aurore sépare avec assurance les nuées de la nuit et la Lumière bientôt revient et triomphe.
 
6 – SOMMEIL, RÊVES ET CAUCHEMARS
 
D'abord le songe. Piero Della Francesca a peint le Songe de Constantin pour la "Légende la Vraie Croix" (1452-58) célèbre ensemble de fresques de l'église d'Arezzo en Toscane.
                                                  
 Piero DELLA FRANCESCA. Le Songe de Constantin. (1452-58). Arezzo.
 
Songe tranquille, il donna la victoire à l'Empereur qui légalisa le christianisme dans la foulée. Tranquille aussi le sommeil du mendiant de Fragonard... Apaisé, le sommeil des amantes chères à Courbet.
 
Jean-Honoré FRAGONARD. Scène nocturne dite Le songe du mendiant.
Paris, Louvre, 1765-68.
 
Gustave COURBET. Le sommeil. 1866. Paris, Petit Palais.

C'est à la demande du diplomate Khalil-Bey que Gustave Courbet a peint Le Sommeil en plus de L'Origine du monde. Ainsi ce nu osé représentant l'amour lesbien n'a-t-il pu choquer les visiteurs du Salon.

                  
Continuons dans le monde nocturne des songes. Les tableaux oniriques de Paul Delvaux (1897-1994) conjuguent les clairs de lune et les rêves de scènes érotiques.

                   

Paul DELVAUX. Les phases de la lune 2. 1941. Coll.part.

                     

DELVAUX. L'Acropole. 1966. Centre Pompidou
 
Leonor FINI. Voyage sans amarres. 1986.
 
Du rêve surréaliste et paisible de Leonor Fini — le bleu renforce cette impression — on passe aux visions oniriques effrayantes, celles de Dossi puis celles de trois romantiques : Goya, Füssli et Blake.
 

Battista DOSSI. La nuit. (Le rêve) 1544. Dresde, Gemäldegalerie.

 
Sur fond de nuit noire, Battista Dossi propose certes une Allégorie de la nuit, mais on doit souligner ici la présence de nombreux symboles de la nuit. Le cauchemar est personnifié par le personnage qui s'apprête à frapper la dormeuse. Tout un cortège inquiétant avec la chouette, la lune, la ville en feu en arrière-plan, à gauche des animaux bizarres, effrayants aux têtes grimaçantes. Le coq, en revanche, attend que la nuit finisse pour réveiller la dormeuse et la libérer des images cauchemardesques.
 
                        

Francisco GOYA. Le sommeil de la raison engendre des monstres. 1798. Eau forte. Musée des Beaux-Arts du Canada, Ontario.

 
L'artiste endormi est assiégé par d'inquiétantes créatures de la nuit : chauves-souris, hiboux, chat noir, lynx. C'est son imagination, livrée à elle-même, abandonnée par la raison, qui est au travail...
                                   
J.H. FÜSSLI (1741-1825). Cauchemar. The Nightmare, 1780-81. Oil on canvas. Musée Goethe, Francfort.
 
Les monstres apparaissent de manière comparable dans le cauchemar peint par Füssli. Deux animaux surgissant de la nuit incarnent les forces maléfiques dans le sommeil de la femme.
 
                
William BLAKE. Hécate. 1795.
 
Déesse de la nouvelle lune et de la mort à la différence de Séléné, Hécate est déesse de l'ombre et des terreurs nocturnes.
 

Léon Spillaert. Plage au clair de lune. Aquarelle et crayon, 1908, coll. part.

 
Plus qu'une scène nocturne de bord de mer, Léon Spillaert ouvre ici vers un monde onirique où mer, plage, dunes, nuages, et possiblement la lumière d'un phare se fondent subtilement les uns les autres en une vision légèrement inquiétante.
 
 
Conclusion
 
Il y a nettement une diversité des fonctions de la nuit en peinture. Elle permet la fête, le rêve et l'évasion. Elle menace aussi bien qu'elle protège et qu'elle inspire. La nuit nazie menace Felix Nussbaum (1904-1944) qui porte au revers de sa veste l'étoile de David.
 
                                             
NUSSBAUM. Autoportrait au passeport juif. 1943.
 
C'est la nuit qui assure la fuite de Joseph et de Marie pour échapper à la police d'Hérode..
              
 Adam ELSHEIMER. Die Flucht nach Ägypten. Alte Pinakothek, Munich. 1609.
 
Cette peinture sur cuivre d'Adam Elsheimer (1578-1610) met en scène la Sainte Famille protégée par l'ombre de la forêt et guidée par la lune.
 
C'est la nuit enfin qui pousse à la méditation. Ainsi Lucas Cranach l'Ancien (1472-1553) représente-t-il le cardinal Albert de Brandebourg agenouillé en prière devant le Christ en croix (c.1520-29) au milieu de la Nuit...
               
Lucas CRANACH l'Ancien. Albert de Brandebourg priant au pied de la Croix, Alte Pinakothek, Munich.
 
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Tag(s) : #ARTS PLASTIQUES, #BEAUX ARTS
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :