Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un avion venant de Barcelone atterrit à Amsterdam : à côté d'une jeune passagère —“Elle”—, un homme âgé —“Lui”— meurt subitement... La jeune néerlandaise quitte l'avion en emportant la petite boîte mystérieuse, genre écrin à bijoux, laissée par le défunt sur le siège voisin. Ainsi commence l'histoire des deux narrateurs qui s'expriment en alternance.

Lui” est un émigré venu d'Extremadura qui a travaillé dans une usine à Eindhoven aux Pays-Bas, s'y est marié, est revenu vivre au soleil du Midi avec son épouse malade, mais motivée sa vie durant par la création picturale. L'un de leurs fils, établi aux Pays-Bas, attendait sans doute son père à sa descente d'avion. 

Elle” a échappé jadis à un accident de voiture où ses parents ont trouvé la mort quand elle avait huit ans. “Elle” a été élevée par sa tante, mais se souvient comme d'un ange du jeune homme qui l'a retirée de la voiture accidentée qui allait prendre feu. Déjà à douze ans, elle tarabustait sa tante pour essayer de connaître qui était cet ange auquel elle devait la vie. À supposer qu'il ait existé... Dix-sept ans plus tard, alors qu'une liste de cent noms occupe toujours ses loisirs l'empêchant d'atterrir dans le présent de sa vie, “Elle” est dans l'avion et récupère cette étrange boîte...

L'écriture est agréable et l'histoire tous publics, avec une fantaisie à retenir : le mot secret que même Google ignore. Si une réserve peut être formulée c'est que les deux principaux personnages et leur entourage mènent des vies si opposées qu'il faut des artifices improbables pour les insérer dans une même histoire. Passé le milieu du roman, le mystère commence certes à s'éclaircir — mais comme on dit familièrement “la sauce ne prend pas”.

Laia Fàbregas – Atterrir – Traduit du néerlandais par Arlette Ounanian. Actes Sud, 2012, 219 pages.

Tag(s) : #LITTERATURE NEERLANDAISE
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :