Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

En réunissant des articles, des fiches pratiques rédigées par des sociologues et des journalistes, ce petit opuscule permet de faire le point sur l'évolution du concept de parenté dans la société contemporaine.
Après en avoir rappelé les fondamentaux anthropologiques et socio-historiques, les divers auteurs interrogent l'explosion du modèle traditionnel de la famille occidentale : mono ou homoparentale ou recomposée. Cette diversité des configurations familiales amène à redéfinir ce qu'est un parent, car aujourd'hui le parent biologique, social et généalogique ne sont plus nécessairement la même personne. C'est la parentalité, que confirme la loi sur le mariage pour tous votée en France le 23 avril dernier. Par ailleurs, la justice et la médecine deviennent des acteurs essentiels de cette transformation : procédures de divorce, d'adoption, diverses formes de P.M.A. (procréation médicalement assistée). Il existe désormais de multiples façons d'être parent.
Façonnée par l'Église catholique, notre conception de la parenté évolue sans pour cela bouleverser les liens sociaux. En effet, la fondation biologique de la filiation reste une construction culturelle, non une donnée naturelle. En outre, comme l'a bien montré É. Badinter, l'amour maternel est contingent et les figures d'attachement fondatrices du développement psychique de l'enfant ne sont pas toujours celles de ses géniteurs. "Une nouvelle forme de parenté est en train de se construire en Occident, commente M. Godelier, où la famille ne coïncide pas nécessairement avec le couple", mais bien avec ceux qui ont fait le choix de s'occuper de l'enfant; la responsabilité parentale n'a rien à voir avec les liens du sang : "le lien parental a pris le pas sur le lien conjugal". Ainsi, les deux membres d'une famille homosexuelle peuvent pleinement remplir les fonctions de "père" et "mère": leur affection, leur engagement comptent, non leur sexe.
Certes aujourd'hui, le "métier de parent" devient de plus en plus difficile, exigeant des compétences affectives, éducatives, économiques jointes à une forte conscience morale. On comprend l'actuel succès des groupes de soutien à la parentalité. Reste encore au droit français à reconnaître la responsabilité légale du "beau parent"; mais aussi à lever la loi du secret qui empêche un jeune né de parents divorcés, adopté ou né par don de connaître ses géniteurs. Les romans d'archéologie familiale témoignent du traumatisme induit : un adolescent qui ignore d'où il vient ne peut arrimer sa quête identitaire ni savoir où il va.
Le vrai parent l'est par choix lucide et responsable. D'ailleurs les enquêtes prouvent qu'être élevé dans une famille hétéro, mono ou homo n'a pas d'incidence sur le développement de l'enfant s'il est aimé. C'est le regard des autres qui construit les stéréotypes et les préjugés.
• La Parenté en question(s). Sous la direction de Véronique Bedin et Martine Fournier. Éditions de la revue Sciences Humaines, 2013, 235 pages.

 

Tag(s) : #SCIENCES SOCIALES, #EDUCATION