Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Bien des parents, assistants maternels ou éducateurs ne portent pas le bon regard sur les tout petits et risquent de compromettre leur épanouissement durant les deux premières années, fondamentales pour toute  leur vie. Selon L. Rameau, puéricultrice spécialiste de la petite enfance, les guides destinés aux adultes les trompent et les poussent à mal interpréter les comportements de "l'infans": car ce "non-parlant" n'est ni un jouet ni un animal mais déjà un être humain complet qui absorbe son environnement grâce à sa sensorialité et communique par ses cris, ses pleurs, ses mimiques. Libérons nous des théories et observons le bébé dans ses tentatives d'exploration sans projet éducatif. Soyons attentif à ce qu'il est, à son évolution quotidienne, et non à ce qu'il doit devenir. L'auteur prodigue de judicieux conseils : être à l'écoute du tout petit, l'accompagner sans jamais le précéder, l'inciter sans rien lui imposer… Mais ce positionnement, outre qu'il exige beaucoup des proches, laisse dubitatif quant à l'acceptation des règles de vie en groupe à la crèche si le bébé n'a jamais été confronté à la moindre limite. Tout est dans la façon de s'y prendre d'après l'auteur.

Les adultes seraient trop anxieux de prévenir les risques et trop soucieux des apprentissages cognitifs du bébé. Cosis et coussins mous l'entravent alors qu'allongé sur un tapis il peut expérimenter le "tourner-retourner"; et c'est de la position à quatre pattes qu'il osera la marche, non en étant assis ou en trotteur. Activités d'éveil, jeux éducatifs et jouets bloquent l'imagination du tout petit : mieux valent cartons, boîtes, bouts de ficelle ou tissus, pour se cacher, sucer, déchirer… L'adulte ne doit pas contraindre le petit à coller les gommettes sur le livre mais le laisser les coller sur son nez ou sur le mur : par essais, il découvre le monde. Lui faire accepter toutes sortes d'aliments, ou ôter la couche exige patience et disponibilité; il faut attendre la maturation de l'enfant, proposer sans contraindre : s'il imite de lui-même l'adulte, le bébé accèdera à ses attentes, sinon il affirmera sa liberté en refusant. Ces guides jouent sur la peur des parents de n'être pas respectés s'ils ne fixent très tôt les règles; L. Rameau rappelle que l'autoritarisme ne mène à rien avec un tout petit. Pourtant vient la crèche, changement de monde très éprouvant pour le bébé malgré le doudou ou la sucette. L'auteur n'épargne pas ses critiques aux professionnels, tous formés au principe de non attachement aux tout petits : voilà qu'ils doivent rester assis, savoir attendre... Comment vivent-ils l'épreuve? Mal, à moins qu'ils n'intègrent une crèche modèle, de type Montessori, telle que l'évoque l'auteure au dernier chapitre : l'éducatrice ne brusque pas les bébés, ne se fâche jamais, n'impose aucune activité mais accompagne leurs propres tentatives. "Le temps de la petite enfance est celui de la découverte et des essais"…

Néanmoins la puéricultrice ne convainc pas malgré son grand attachement aux tout petits. Ses conseils s'adressent à des parents non stressés, dévoués au bébé et disposant de tout leur temps! Un beau rêve s'il n'existe pas d'école Montessori dans leur quartier!

Laurence RAMEAU. Les incroyables aventures des bébés. Pour ne plus les regarder de la même façon. - 141 pages, 2012. Ed. Philippe Duval, 91600 Savigny-sur-Orge. 

Tag(s) : #EDUCATION