Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Une tragédie en cinq actes, avec une montée progressive de l'intensité dramatique : ce livre est un authentique chef-d'œuvre. Cinq narrateurs se succèdent pour conter l'histoire de la disparition et du meurtre de Holland Winchester, un fermier, vétéran de la guerre de Corée, décoré de la Golden Star. L'affaire se passe dans le comté d'Oconee, tout au nord-ouest de la Caroline du Sud, au milieu des années 50, quand Eisenhower était à la Maison Blanche. La Carolina Power le projette de construire un barrage hydroélectrique dont le lac submergera la vallée de Jocassee que domine le mont Sassafras, un pays rude où vivent les Winchester et les Holcombe.

Rash-Pied au paradis  Le shérif Alexander, dans un premier récit, évoque sa vaine recherche du disparu dont la mère est persuadée qu'il a été tué par Billy Holcombe, le fermier d'à côté. Le shérif, qui a bien assez de ses propres soucis familiaux, — « nous sommes tous restés là un instant, sans rien partager d'autre que notre nom de famille » — n'a pas réussi à trouver le corps. Amy Holcombe, mariée à vingt ans à peine, raconte à son tour comment, à force de se laver nue près du puits elle est devenue enceinte de son voisin puisque son mari s'était avéré stérile ; un médecin consulté à Seneca l'avait confirmé. Enceinte, repoussant désormais Holland, elle a assisté au meurtre de son amant mais elle n'a pas su ce que Billy a fait du corps de la victime. Criminel par jalousie, Billy est aussi un paysan malin, qui berne astucieusement le shérif et qui n'ira pas sur la chaise électrique. En revanche, son astuce ne l'empêche pas de se sentir coupable devant Dieu. On pense à Hugo et à l'œil dans la tombe qui regardait Cain. Sauf qu'ici, point de tombe d'Abel. Ce sont les yeux bruns du jeune Isaac qui rappellent en permanence à Billy le regard de feu son voisin. La mère du disparu cherche à attirer chez elle ce jeune voisin qui est son petit-fils. Les parents Holcombe l'en empêchent — les années passent. Isaac grandit. Tandis que les travaux de la centrale électrique s'achèvent et que la mise en eau de la retenue s'accélère, Isaac vient témoigner de la fin de ce coin de paradis quand les derniers habitants ont dû l'évacuer. La vieille Mme Winchester fait de la résistance, elle dévoile in extremis à Isaac qui est son père et ce que le couple Holcombe a fait. Le récit ultime de la tragédie est à la charge de l'adjoint du shérif, et on n'aurait pas voulu être à sa place.

   Un pied au paradis, peut-être, mais alors l'autre est en enfer. Le mal semble habiter ces hommes de la campagne qui se donnent tant de mal pour vivre de leur récolte de tabac dans une nature souvent hostile. L'auteur accentue d'ailleurs la puissance de la nature, qu'il s'agisse de la sécheresse qui menace les plants en été, de la neige et du froid qui menacent Amy quand elle se rend chez la veuve Glendower en quête de remèdes sinon de magie, et encore plus tard c'est la boue et les flots qui se liguent pour perdre les Holcombe.

Ron RASH  -  Un pied au paradis. Traduit par Isabelle Reinharez. Livre de Poche, 2011, 315 pages. (One Foot in Eden, Picador, 2002).

 

Tag(s) : #LITTERATURE ETATS-UNIS