Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Enrichi par rapport à l'édition de 1999, l'ouvrage de Philippe Forest présente bien des atouts pour nous faire découvrir l'œuvre du Nobel japonais. D'abord le temps Forest-K.Oe-.pngdes premières publications et des premiers succès : "Arrachez les bourgeons..."  et  "Seventeen" puis les textes construits  autour de la naissance du fils handicapé dont "Une affaire personnelle" est comme l'ouverture, parallèlement au choc de l'enquête sur les victimes de Hiroshima. Viennent ensuite les nombreux titres non encore traduits en français pour lesquels les analyses de Ph. Forest font office de scoops : l'annonce de la parution chez Picquier en 2013 d' "Adieu mon livre" nous fera patienter !

"Dans un roman, mensonge et vérité doivent échanger leur place en permanence" selon Oé (entretien de 1999) qui par ailleurs reconnaît produire de l'autofiction plus que de  l'autobiographie traditionnelle. D'un livre à l'autre, l'auteur montre ses identités  successives (K, Kenzaburo, Kogito...) et ses doubles (Frère Gii...) quand  il s'agit d'évoquer un criminel ou un extrémiste. On découvre comment le handicap de  son fils Hikari à orienté l'auteur vers une création littéraire plus ou moins  autobiographique ; dans un roman non traduit de 1999, Marie Kuraki est frappée par le suicide de ses deux fils dont l'un est handicapé mental. La réalité n'est  donc jamais loin : c'est par retouches successives que l'on entrevoit les agissements du père de Kenzaburo en 1944 ou 1945, jusqu'à "Suishi" publié au Japon en 2009.

Le suicide du beau frère Jûzô Itami en 1997 a inspiré le roman "Torikaeko" tandis que l'affaire de la secte Aum se retrouve transposée ironiquement dans "Chûgaeri" - deux titres disponibles en anglais. Oé s'est donc de nouveau risqué à traiter des sujets un peu éloignés des multiples avatars de la relation père-fils mais ses œuvres récentes s'adressent plutôt désormais à ses "happy few".

Les lecteurs trouveront dans ce brillant essai toutes  les  explications désirées sur la production en français du maître japonais, natif de cette île de Shikoku fameuse par la "vallée dans la forêt", où l'auteur a gardé ses racines et où se situent des œuvres majeures comme "M/T".

Philippe Forest : Ôé Kenzaburô. Légendes anciennes et nouvelles d'un romancier japonais.

Éditions Cécile Defaut, Nantes, 2012, 331 pages. 

 

 

Tag(s) : #LITTERATURE JAPON