Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'auteur enseigne l'Histoire à l'université de Cagliari. Cette enquête de l'inspecteur Serra nous emmène Marrocu.jpgen Ethiopie, en 1937. L'empire du négus a été conquis en deux ans par l'armée italienne. La jonction territoriale entre Somalie et Erythrée est ainsi achevée. La domination de ces hauts-plateaux exalte l'orgueil fasciste. Or, voila qu'à Addis Abeba leur vice-roi Graziani a été légèrement blessé dans un attentat et que, quelques jours plus tard, le lieutenant Bellassai a été retrouvé assassiné dans sa voiture. La police locale piétine. Rome envoie donc l'inspecteur Serra, sous les ordres de son pitoyable chef Carruezzo. Quand, à bord d'un Marchetti S79, ils décollent de Mogadiscio à destination d'Addis Abeba, qui pourrait croire qu'un des autres passagers ferait figure de suspect?      

Ce court roman n'apporte pas une révolution dans le genre policier ; il propose modestement une ironique description de la société coloniale avec un beau choix de portraits — de la comtesse italienne mangeuse d'hommes à la fière aristocrate locale, et du cuisinier arménien au malfrat servant d'indic — et il y ajoute un éclairage critique sur la domination fasciste en Afrique orientale. Le titre évoque la répression commandée par le vice-roi : « Debrà Libanòs », c'est le grand monastère copte dont tous les moines furent exécutés en représailles de l'attentat. Après quoi il n'y aura personne pour déplorer la mort du lieutenant Bellassai, à la fois criminel de guerre et gigolo colonial.

Luciano MARROCU

Debrà Libanòs

Traduit par Marc Porcu - La fosse aux ours, 2010, 154 pages.

 

Tag(s) : #LITTERATURE ITALIENNE