Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Depuis la chute de la monarchie absolue, la fragmentation de notre histoire politique en de multiples séquences distinctes tend probablement à ce que la représentation de la Contre-Révolution soit elle aussi très dispersée. L'ouvrage qu'a dirigé JC Martin-DictionnaireJean-Clément Martin, lui-même initialement spécialiste des insurrections de l'Ouest, apporte une vision élargie et cohérente d'une histoire qui ne se réduit pas à la sphère française. « La Contre-Révolution, écrit-il, a été une pratique avant d'être une théorie » en vertu de quoi rares sont les articles "conceptuels".

La forme du dictionnaire rend possibles plusieurs lectures. Sans écarter une appropriation lettre après lettre, on peut suggérer des parcours "thématiques" à l'intérieur de l'ouvrage. La table des entrées (pages 535-542) permet de repérer différents "types" de personnalités contre-révolutionnaires : princes et princesses bourbons piliers du légitimisme (comme le comte de Chambord), du carlisme, du miguélisme ; hommes politiques adversaires de la Révolution, des Jacobins ou des Républiques, généraux des armées vendéennes ou officiers de l'armée du pape comme La Moricière et Athanase Charette de la Contrie, intellectuels comme Burke ou Joseph de Maistre, journalistes comme Rivarol ou Mallet du Pan, historiens comme Ranke, Gaxotte ou Madelin, sans compter un poète comme Baudelaire. Des articles d'une autre sorte, synthèses de plusieurs pages, permettent d'avoir des vues générales par pays : les passés de l'Espagne (guerres carlistes, requeté, maestrazgo), de l'Italie (Fra Diavolo, brigantaggio), de l'Allemagne, de la Russie (Kornilov), de l'Amérique latine (canudos, cristeros, populisme) sont ainsi revisités ainsi que celui de quelques provinces (Navarre, Corse, Douro). La dimension religieuse de la Contre-Révolution apparaît bien dès la fin du XVIIIe siècle (clergé, serment) tandis que le dogme de l'Immaculée Conception, le Syllabus et le culte du Sacré-Cœur importent à la France catholique du XIXe siècle, et viennent enfin l'intégrisme et Mgr Lefebvre. Partout où une Révolution a éclaté, bouleversé l'ordre social et la culture politique, la Contre-Révolution s'est montrée, mais jamais pour s'imposer durablement, sinon dans les mémoires, qui comme on sait, embellissent les souvenirs et les commémorations (Centenaire et Bicentenaire de 1789). Restent aussi des lieux de mémoire pour témoigner d'un massacre ou d'un combat romantique bien souvent perdu d'avance (Mémoire des "Insorgenze" près de Potenza, Puy du Fou, Montejurra). L'émigration, l'exil (Coblence, Frohsdorf, Gorizia) sont bien sûr au rendez-vous, tandis que Madame Tussaud installe à Londres sa collection de têtes commencée à Paris.

Carlimo_Caricatura_de_1870.jpeg

Caricature du Carlisme,avec ses idéaux et personnages principaux - Revue satirique La Flaca, vers 1870. Article "Carlismo" (Wikipedia version espagnole).

Outre des inconnus célèbres (comme Hyde de Neuville ou Adrien Lamourette) ce dictionnaire permet de rencontrer de parfaits inconnus (François-Marie Froment, François-Thomas Galbaud, Marc-Antoine Charrier et de nombreux autres…) et comprend un article inattendu et passionnant sur la Guerre des Boers. Il provoque aussi quelques interrogations. Pourquoi la mémoire d'Andreas Hofer est-elle classée dans l'entrée "Mémoire des Insorgenze" qui traite en même temps du Tyrol et du Mezzogiorno? Surtout, est-il vraiment justifié de mélanger le "positivisme" et le "populisme" —qui ont inspiré bien des régimes d'Amérique du Sud— avec la Contre-Révolution tout en soulignant qu'ils ont réalisé des réformes et opté pour la laïcité ? Le contexte esclavagiste encore présent au Brésil jusqu'en 1888, la situation coloniale de l'Amérique espagnole, le substrat d'une paysannerie amérindienne, l'ampleur de l'immigration dès le XIXe siècle font que l'idée de Contre-Révolution ne peut tout recouvrir ni servir de panacée. Si la présence des "Dictatures militaires sud-américaines" est pleinement justifiée, les régimes seulement de style autoritaire devraient être rejetés en dehors du champ de cet ouvrage, comme le sont le fascisme ou le nationalisme intégral. À vouloir trop prouver, on écorne la rigueur nécessaire à un ouvrage dont le contenu ne demande qu'à s'éparpiller. Enfin, les connaissances auxquelles ce Dictionnaire permet d'aborder paraîtront vite très légères à certains utilisateurs. Il vaut mieux parfois se diriger vers un article de Wikipedia : ainsi pour connaître le "carlisme" et ses guerres l'article de wikipedia est plus riche et doté d'un utile arbre généalogique pour démêler les querelles dynastiques ! En revanche, mérite incontestable : c'est l'unique Dictionnaire thématique sur ce sujet.

Jean-Clément MARTIN (sous la direction de)

Dictionnaire de la Contre-Révolution.  Perrin, 2011, 551 pages.

NB. Les articles du dictionnaire sont suivis de références bibliographiques.

Tag(s) : #HISTOIRE 1789-1900