Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 
 
On évoque toujours Hitchcock quand un film à suspense est réussi. C'est bien le cas de cette œuvre qui nous scotche dans le fauteuil pendant 2 heures. Non pas spécialement l'esthétique des images à la dominante orange-rouge-brun. Mais les acteurs ! et le scénario ! Il est carrément bluffant. Et sans ces effets spéciaux souvent pitoyables dont on nous inonde ces temps-ci.
 
Dans la région montagneuse d'Avila, une grotte est découverte près d'un village que les habitants désertent peu à peu. Peut-être amènera-t-elle des touristes pour peu qu'elle abrite des peintures rupestres ou des stalactites.

Mais l'équipe venue de la ville ne trouvera rien de tout cela... Esteban (Carmelo Gomez), un expert spéléologue, professeur de géologie accompagné de Pedro, un photographe, vient explorer la grotte. Pendant que les deux hommes sont descendus sous terre, Gabie (Judith Diataké), l'amie du géologue est agressée par un violeur, elle parvient à lui échapper mais au prix d'une blessure au cours d'un accident de voiture.

 

 

Tous les trois partent à la recherche du violeur. Par méprise, ils s'en prennent à un vieux paysan. Celui-ci est tué dans la bagarre qui s'en suit.

Le policier de la Guardia Civil qu'ils rencontrent leur propose un marché quand il constate qu'il n'y a pas de cadavre à la ferme. Le chef des gardes civils, supérieur et beau-père de ce policier, joue un rôle décisif. Pourquoi ? Il ne faut pas déflorer l'histoire.

L'habileté diabolique du réalisateur est largement fondée sur des flash back qui marquent le début des six chapitres et changent le point de vue d'un personnage à un autre et donc la perspective qu'on a des événements…

Jorge Sanchez Cabezudo
La nuit des tournesols (La noche de los girasoles)
2005 / 2h 06 - Sortie en France en juin 2007
Film présenté au 17è Festival du cinéma espagnol. Nantes, mars 2007

   

 


 

 

 

 

 

 

 




 
Tag(s) : #AU CINEMA, #ESPAGNE