Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


Voilà un petit ouvrage clair et érudit, à lire avec jubilation !

En 1800, le poète Schiller évoquait «…la nuit/qui réveille les scélérats/n'angoisse point les citoyens rassurés/car l'Œil de la Loi veille.» Cette métaphore sur le rôle de l' État protecteur du citoyen, attaché à l'application juste de la loi, gardien de la paix et ennemi des voleurs, s'est vite usée au XIXè siècle : on peut penser aux paroles anarchistes de l'Internationale où « L'État opprime et la Loi triche.» Au siècle suivant, l'Œil qui voit tout est devenu le symbole de l'État policier : je pense à l'œil d'aigle du tchékiste. Cet œil vigilant est aussi une autre façon de nommer le régime "totalitaire" : les Romains se souviennent qu'au Quirinal le bureau de Mussolini restait éclairé la nuit, puisque le Duce était censé travailler 24 heures sur 24 au Bien public. Aujourd'hui, c'est l'œil des caméras de surveillance et la crainte d'abus contraires aux libertés individuelles. Dans un "panoptikon" benthamien généralisé : nous surveiller et nous punir.

L'originalité du travail de Michael Stolleis est plutôt dans la recherche généalogique de l'Œil ouvert et bienveillant. Il faut donc s'aventurer avant 1800 dans les représentations et remonter jusqu'à l'Ancien testament puisque « l'Œil du Seigneur protège le troupeau.»  L'Œil s'installe dans un triangle équilatéral pour représenter la divinité chrétienne dans les illustrations d'ouvrages de Jakob Böhme (1682) ou d'Athanase Kircher (1669). Puis l'Œil quitte le champ de la religion avec l'âge des Lumières et de la Raison. Sur le billet d'un dollar, l'Œil, encore dans le triangle, prolonge au sommet la pyramide de l'Indépendance (1776). Puis l'Œil tend à se débarrasser du triangle avec l'imagerie de la Révolution française, car les trois Ordres ont fusionné dans la Nation. Souvent accompagné du bonnet phrygien et de la balance de la Justice, l'Œil de la loi est devenu le nouveau souverain qui ne dort jamais, le rempart populaire contre la puissance despotique avant de s'accomplir en Constitution. Le cercle a été parcouru  : on est revenu à Schiller.

Une seule référence en français chez ce juriste allemand de l'Institut Max Planck pour l'histoire du droit européen : Walter Deonna, Le Symbolisme de l'œil, Paris, 1965.

 
• Michael STOLLEIS - L’Œil de la Loi - Histoire d'une métaphore
Mille et une Nuits, 2006, 126 pages. Collection "Les quarante piliers"
Tag(s) : #DE LA RENAISSANCE AUX LUMIERES, #HISTOIRE 1500-1800