Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Autrement dit… La Méthode Grönholm

Chasseurs de têtes ? C'est le titre du roman de Michel Crespy (Folio Policier et grand prix de littérature policière en 2000) et c'est aussi le sujet du film de Marcelo Piñeyro, "La Méthode" (El Método) sorti en 2005 en Espagne et fin 2006 sur les écrans en France.
 
Dans le ROMAN : Le narrateur, Jérôme Carceville, est un cadre supérieur au chômage. Lorsque De Wavre International, le plus gros cabinet de chasseurs de têtes le contacte, il est bien décidé à tout faire pour décrocher le poste convoité. Après quelques tests, il se voit proposé un stage décisif d'une semaine, en concurrence avec une quinzaine d'autres sélectionnés, répartis en équipes rivales, comme dans un jeu de rôles. L'action se passe dans un hôtel isolé dans une petite île, loin de Paris. Dès lors c'est un huis clos et la "mayonnaise" monte très vite. Les leaders des trois groupes contribuent à faire naître des suspicions (envers les autres équipes et à l'égard de Del Rieco, le boss de la boîte de recrutement). Peu à peu les relations sont si tendues que tout dérape et que, dans le dernier tiers du roman, s'explique son classement dans la collection "Folio policier".

Dans le FILM : Sept cadres supérieurs sont réunis par une entreprise de chasseurs de têtes à Madrid tandis qu'à l'extérieur se déroule une manifestation anticapitaliste. Ils ont tous des emplois à la mesure de leurs compétences, et souhaitent booster leur carrière. Leur motivation est évidente mais le système, "la méthode Grönholm", les déconcerte. Un seul des participants semble capable de relier cette méthode au nom scandinave à sa pratique dans les entreprises d'un pays. Les participants se retrouvent tous les sept, cinq hommes et deux femmes, dans une même salle, chacun devant un ordinateur. Il n'y a semble-t-il pas de formateur. Pourtant l'ordinateur démarre et envoie un premier exercice : trouver l'intrus, ensuite choisir un leader, etc. À chaque épreuve, un postulant est éliminé et à la fin un ex-couple, se retrouve face à face, Carlos (Eduardo Noriega) et Nieves (Najwa Nimri).

Le rapprochement des deux œuvres est évident ! Même sujet, même huis clos, même violence. Les différences font cependant préférer le film de
Marcelo Piñeyro. En effet, dans le roman les dérapages dont le narrateur est co-responsable sont exagérés quand le jeu de rôles se transforme en fusillade généralisée et le récit fait apparaître quelques "grosses ficelles". Le film en revanche me paraît plus fin, plus riche du point de vue psychologique. Ce qui ne remplira peut-être pas les salles……
Tag(s) : #AU CINEMA, #ESPAGNE