Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Ce livre évoque la progressive condamnation du trafic négrier en France sous la Restauration, alors que les Anglais venaient d'imposer son arrêt et organisaient des croisières de répression jusque sur les côtes africaines. En recourant à la forme romanesque, l'auteur nous fait faire la connaissance de nombreux personnages mêlés à ces expéditions négrières, ainsi que de ceux qui les combattent. L'action se déroule à Nantes où la résistance des milieux d'affaires dépasse celle des autres ports.
• "La Petite Betsy" appareille de Nantes le 15 février 1822 pour Sumatra. En réalité le capitaine Poireau fit escale à Calabar, dans la rivière de Bonny (actuel Nigeria), et c'est là que les Anglais l'attaquèrent le 15 avril et obtinrent sa reddition. Le navire fut restitué aux autorités françaises pour que le procès ait lieu à Nantes. Ce qui fut fait. Au terme du procès, le 5 mars 1823, le navire fut confisqué par l'Etat et le capitaine interdit de commandement après que de multiples pressions aient été exercées sur les protagonistes de l'affaire.
• Les informations essentielles sur l'expédition et le procès de "la Petite Betsy" figurent aux pages 250 à 253 du "Répertoire des Expéditions négrières françaises à la traite illégale" (1814-1850) de Serge DAGET, Centre de Recherche sur l'Histoire du Monde Atlantique, Nantes 1988, 603 pages. Une bibliographie détaillée figure à la fin du roman de Marc Tardieu : il s'agit véritablement d'un roman historique bien documenté. Une génération après Arthur Young, c'est un autre Britannique, Gibson, journaliste du Times, que le lecteur accompagne à travers Nantes, curieuse ville où le 21 janvier on fermait boutique pour assister à la messe en mémoire de la mort de Louis XVI. Si Éléonore, l'héritière des indienneurs et Marie sa servante et amie noire, sont prêtes à aider Gibson, en revanche le procureur Bernard père a plus de difficultés pour faire avancer son dossier. Mais le capitaine Poireau n'a pas commandé que la "Petite Betsy" et 140 Noirs jetés à l'océan hantent ses nuits...
• L'auteur fait habilement le portrait d'une ville que la Révolution a fortement marquée, lui apportant temporairement la ruine après un "âge d'or" dont témoigne le patrimoine construit : immeubles de l'Île Feydeau, du quai de la Fosse, et de la place Louis XVI que domine la statue de l'ancien roi. "Procès d'un négrier" nous permet donc de visiter un port sous le règne de Louis XVIII et de rencontrer une société aux entrepreneurs encore largement hostiles à la fin du trafic. Aux côtés des armateurs, les indienneurs tiennent le haut du pavé : ils produisent du coton imprimé pour l'Afrique et les Antilles. Pourtant les changements économiques sont en cours, avec la place croissante des raffineries de sucre et le tout début de la vapeur pour la navigation et l'industrie. Et cinq ans plus tard y naîtra Jules Verne : il aura vingt ans l'année de l'abolition de l'esclavage.

Marc Tardieu - Procès d'un négrier. Éditions du Rocher, 2007, 220 pages.
 

 

Tag(s) : #TRAITE, #ESCLAVAGE & COLONISATION, #NANTES