Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Le premier roman de Jed Rubenfeld vous transporte dans l'Amérique du début de siècle dernier, non pour une ambiance de ragtime mais pour des travaux pratiques de psychanalyse. En effet, en ce dimanche 29 août 1909, Sigmund Freud débarque à Hoboken du paquebot George Washington pour un séjour à New York avant d'aller donner des conférences à l'université Clark. Il n'est pas venu seul : Ernest Jones, Sandor Ferenczi et Carl Jung l'accompagnent. Deux "locaux" sont là pour les accueillir, leur montrer New York et les accoutumer à l'Amérique : Abraham Brill, premier traducteur de Freud aux États-Unis et – seul personnage inventé parmi les psychanalystes – Stratham Younger, un ancien élève de Harvard, diligenté par l'université Clark. Ce dernier est le narrateur d'une partie des chapitres, les autres étant écrits à la troisième personne.
Qui a tué Miss Riverford ?
À peine les voyageurs sont-ils installés à Manhattan que des événements très particuliers vont se produire et compromettre leur séjour. Dans l'ombre, un Trio s'active au club Charaka : les meilleurs neurologues de la ville veulent discréditer la psychanalyse, considérée comme une secte immorale venue de Vienne, brouiller Jung et Freud, et empêcher Freud de tenir ses propos sur la sexualité. D'autre part, dans les beaux quartiers où ont poussé les gratte-ciel, et à Gramercy Park, deux très jolies personnes, Clara Banwell d'une part, Nora Acton d'autre part, se trouvent mêlées à d'étranges crimes sadiques – à commencer par celui d'Élisabeth Riverford –  sur lesquels enquêtent le légiste Hugel, homme de confiance du maire McClellan, et Littlemore un jeune policier qu'il recrute au vu de son honnêteté. Pour couronner le tout, George Banwell, vite soupçonné de viol et de tentative de meurtre, est un ami du maire, qui aimerait bien être réélu, et c'est le constructeur du pont de Manhattan, qu'il va inaugurer en fin de mandat.
Travaux pratiques
Les circonstances aidant, ces deux actions principales s'enchevêtrent en de nombreuses péripéties qui font de ce roman un incroyable "page turner". Le jeune psychanalyste new-yorkais Stratham Younger se trouve ainsi le pivot de l'histoire. Tout en réfléchissant au personnage de Hamlet, et au complexe d'Œdipe, il doit improviser l' analyse de Nora, et bientôt enquêter avec Littlemore. Les avis de Freud vont l'aider, mais aussi le troubler. Tout comme le trouble la jeune Nora en qui il découvre un penchant homosexuel et du talent pour l'affabulation.

Le lecteur se trouve amené à parcourir les thèmes de la psychanalyse, à comprendre la rupture à venir en Freud et Jung, tout en se perdant en conjectures sur l'identité des victimes et du ou des coupables. Au fait, dans l'édition américaine originale, meurtre est au singulier ! Alors, comptez bien les cadavres et veillez à ce qu'ils ne s'envolent pas.

Jed RUBENFELD
L'interprétation des meurtres
Éd. du Panama
2007, 473 pages.




 
Tag(s) : #LITTERATURE ETATS-UNIS