Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

D'habitude les petits-fils vont visiter leur mamie. Mais ce petit-fils là est capitaine de l'armée russe en guerre en Tchétchénie alors c'est Alexandra (incarnée par Galina Vichnevskaïa, l'ancienne diva, veuve de Rostropovitch), c'est elle la babouchka qui rend visite à son petit-fils (Vassili Chevtsov) ! Elle débarque d'un convoi militaire.

Vive l'armée !

Le frisson donné par tout voyage dans le Caucase fait partie des traditions littéraires russes au XIXe siècle. Loin de cela, avec son petit aspect colonial et exotique que souligne magnifiquement la sépia de la photographie due à Aleksandr Bourov, ce camp russe de Tchétchénie a un côté bon enfant. Le petit-fils n'évoque que de manière très allusive le déroulement d'une guerre. Un unique plan, fort bref, montre au loin des incendies allumés par des combats. Alexandra n'a pas l'occasion de voir du sang : il n'y a pas de blessés. Ce n'est pas un film de guerre même si les hélicoptères et les blindés font du vacarme. Juste des soldats fatigués par la chaleur ambiante et leurs missions.
f3459_23.jpg
Alexandra et le colonel

Alexandra s'intéresse à tout dans le camp militaire, moral des bidasses (tous gentils) et matériel militaire. Elle cherche aussi à nouer des contacts avec les femmes tchétchènes, notamment Malika, une institutrice à la retraite qui tient un stand au marché du bourg dont les immeubles conservent les traces des combats passés. Mais vraiment, n'est-elle venue "que" pour cela ?

Des fins cachées ?

Tous ces visages de militaires bienveillants — depuis le colonel jusqu'au simple bidasse — n'est-ce pas un peu bizarre ? Du côté tchétchène, effectivement on est moins bien disposé. Un jeune homme du coin, au regard noir, rappelle à Alexandra que tous les Russes feraient mieux de faire leurs bagages. Mais le film n'est pas politique. Psychologique plutôt.

f3459_22.jpg
Alexandra et le jeune bidasse


Qu'est-ce qu'Alexandra est réellement venue faire ? Comme le réalisateur a voulu se placer dans le registre de l'intimisme, il faut regarder surtout dans cette direction. Le dialogue entre la grand-mère et le petit-fils, passé le moment des effusions, et du reproche des vêtements sales, rappelle quelques vérités psychologiques plus profondes. Veuve depuis deux ans, Alexandra s'est d'abord sentie libérée, mais elle s'ennuie beaucoup désormais. Son petit-fils lui rappelle qu'il y a une génération entre eux deux : Alexandra devrait s'intéresser à sa fille et lui manifester sa tendresse plutôt que de s'imaginer que son petit-fils quitterait l'armée pour venir s'installer avec elle… Sur le quai de la gare, son petit-fils déjà reparti en opérations, la voilà qui cherche à inviter Malika et ses amies tchétchènes à venir lui rendre visite en Russie…

• Néanmoins, certains spectateurs ne pourront s'empêcher de penser à une parabole et de considérer qu'Alexandra c'est la patrie russe qui est venue en personne inviter ses enfants à revenir de l'aventure et à rentrer au pays...

« Alexandra »
Film d'Alexandre Sokourov. 2006. 90 min.
(Sélection de Cannes en 2007)

 

Tag(s) : #AU CINEMA, #RUSSIE