Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Il y a deux manières d'aborder ce livre-janus.

Ou bien comme une étude académique de la transition démographique (TD) prenant l'exemple du monde musulman  pour bien faire comprendre le phénomène et en dégager des nuances à l'intérieur du modèle avec des comparaisons par rapport aux pays européens : dans ce cas sa consultation est utile pour les élèves des classes Terminales ES qui y puiseront des faits et des statistiques solides (autant que faire se peut) pour enrichir cours, exposés ou TPE. Il s'agit en effet d'un essai remarquablement documenté sur le comportement démographique de l'ensemble des populations musulmanes depuis le Maroc jusqu'à l'Indonésie —mais sans passer par l'émigration aux USA ou dans l'Union Européenne. Youssef Courbage et Emmanuel Todd nous donnent ainsi des chapitres instructifs consacrés aux pays arabes (des pages passionnantes sur la Syrie), comparent Turquie et Iran avec brio, ou expliquent pourquoi l'avortement a été et demeure tant pratiqué dans les pays qui vécurent dans l'orbite du communisme soviétique. Les explications anthropologiques faisant appel au caractère patrilinéaire ou matrilinéaire des sociétés, à l'usage de l'exogamie ou de l'endogamie, aux régimes de parenté et d'héritage, nous convainquent que l'islam n'est pas le facteur le plus déterminant dans les niveaux de fécondité des pays analysés. Le facteur essentiel c'est l'alphabétisation féminine.

Ou bien comme un livre de combat, un démographe et un anthropologue s'étant coalisés pour sabrer le "Choc des civilisations"  de Samuel Huntington (avec il est vrai de tout autres moyens que l'essai d'Amartya Sen dont on a déjà dit l'indigence argumentative.) C'est dans cet esprit que s'entend le titre : le rendez-vous des civilisations sera amical, une fois que toutes les aires culturelles auront atteint ce qu'on appelle dans les livres de géographie de Seconde le "stade post-transitionnel". N'ayant plus qu'une faible fécondité, ou plus exactement une descendance finale de l'ordre de 2 enfants par femme (comme en France), les civilisations assurant paisiblement le remplacement de leurs générations, atteindront toutes l'harmonie et la modernité. Pourquoi ? Parce que l'alphabétisation triomphante des hommes puis des femmes aura enfin chassé les croyances religieuses, favorisé la paix universelle, en même temps que produit la chute de la fécondité. Parce que la France a connu depuis le XVIIIe siècle une tendance à la déchristianisation en même temps que s'y amorçait la TD, les autres civilisations voient ou verront en même temps baisser la fécondité et la pratique religieuse : ainsi les auteurs nous affirment que du Maroc à l'Indonésie la désislamisation guette, et plus loin la débouddhisation aussi…
 
* * *
Dans le premier cas, on aurait aimé que la notion de TD soit mieux expliquée. Ce passage d'un régime démographique ancien, caractérisé par des taux de natalité et de mortalité élevés, à un régime nouveau avec des taux faibles, est marqué d'abord par le recul de la mortalité permettant une croissance démographique accélérée, puis par celui de la natalité (et de la fécondité) ralentissant la croissance démographique. Lier progrès de l'alphabétisation et chute de la fécondité est bien sûr démontré, mais la fécondité baisse aussi pour d'autres raisons : la réduction de la mortalité infantile joue un rôle essentiel, juste évoqué ici à propos de l'Afrique subsaharienne où on n'en voit guère les effets, d'où une fécondité très élevée, accentuée par tels usages locaux.

Dans le second cas, les auteurs sont tellement soucieux de blanchir l'islam, de lui éviter tout reproche, qu'ils en arrivent à des affirmations pour le moins hasardeuses (voire "loufoques" comme dit Jean Birnbaum dans le Monde des Livres du 7 septembre dernier). Ainsi selon nos auteurs, dans les sociétés islamiques patriarcales tout concourt à la protection de la femme : est-ce ainsi que l'on doit comprendre les violences sur les femmes vitriolées ou brûlées de la Turquie au Pakistan, les meurtres de jeunes filles ou d'épouses en Syrie, ou encore le fœticide féminin qui gagne le Pakistan en venant de l'Inde du Nord ? En Afrique subsaharienne, l'excision du clitoris est-elle le grand bénéfice que les filles tirent de ce que l'anthropologue appelle "un contrôle supérieur de la sexualité féminine". Enfin est-ce bien l'islam qui assure "une bonne préservation contre le sida"?... Quant à considérer que l'alphabétisation ruine nécessairement la foi et la pratique religieuse, l'exemple des Etats-Unis est là avec plus de 90 % de pratiquants d'une foule de religions vivantes !

Mais le pire de l'ouvrage c'est de passer de solides considérations démographiques à de la puérile politique-fiction . Comment croire que la modernité c'est la paix ? Voyez le XXè siècle. Le terrorisme djihadiste (qui n'est pas né en 2001, la secte des Assassins était dirigée par le Vieux de la Montagne aux XI-XIIIe siècles), l'islamisme disais-je, ne serait que le résultat passager  d'une sorte de démangeaison bien pardonnable face à l'irritation provisoire  produite par la modernité... comme si le djihadisme n'avait aucun compte à régler avec les valeurs de l'Occident, avec la démocratie, avec l'égalité des sexes, avec le droit ? Je suis persuadé qu'Oussama Ben Laden est de mon avis.


• Youssef COURBAGE et Emmanuel TODD
Le rendez-vous des civilisations
La République des Idées (Le Seuil), 2007, 170  pp.


• La revue "Sciences Humaines" de décembre 2007 (n°188)
reprend ce livre, pages 44-49, en faisant valoir l'étude de la
transition démographique, mais en glissant en conclusion
sur les critiques des postulats idéologiques que j'ai mentionnés.
• La démographie remplacerait-elle l'ensemble des sciences
humaines et sociales ?







 
Tag(s) : #HISTOIRE GENERALE