Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dans le journal, une nécrologie : Annie Saumont est décédée. Tiens, elle écrivait des nouvelles. On n'en avait jamais lu tout un recueil. A la médiathèque, le premier qu'on voit nous lance un titre sûrement grinçant : “Encore une belle journée”. C'est donc celui-ci qu'on a lu...

Ça, oui, on peut dire qu'elles sont « belles » les journées qu'il y a dans ces nouvelles. Parce que son chef ne le prend pas au sérieux, un chercheur est prêt à faire exploser une grenade au milieu des invités. Un voisin grincheux et méfiant découvre que la nouvelle locataire a une prothèse de la jambe. Un écolier n'a plus d'excellentes notes car celle qui le laissait copier sur son cahier a disparu. D'autres écoliers partis avec l'idée de faire une mauvaise blague découvrent que la femme de leur maître, qu'on disait si séduisante et tout, l'a plaqué. Une mère qui s'est dénoncée pour épargner son fils déplore qu'il ne se rende pas aux visites à la prison. Une jolie avocate est étranglée parce que la couturière qu'un angiome défigure a découvert que cette femme portait une robe sortant de son atelier. Le garçon dont le père a sauté dans le vide au lieu de nettoyer les carreaux raconte en boucle son histoire à ses potes.

Et quelques autres encore car il y en a assez pour compter jusqu'à quatorze : tout le recueil est ainsi bâti sur de navrantes histoires de gens simples à qui il arrive tous les malheurs du monde, et c'est écrit dans une langue familière, orale et accidentée, parfois ornée de phrases inachevées et de mots pas entiers.

Bref. C'est à pleurer, mais on sourit !!!

Annie Saumont. Encore une belle journée. Julliard, 2010, 187 pages.

Tag(s) : #LITTERATURE FRANÇAISE