Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Très loin du béton de nos villes, voici les morceaux choisis d'une enfance nomade en pleine nature évoquée par l'écrivain mongol Lodon Tudev. En redonnant vie à ses propres souvenirs, il nous fait connaître une vie qui paraîtra sans doute rude aux jeunes lecteurs comme à leurs parents. La yourte forme le centre de la vie quotidienne. La famille vit de l'élevage : yaks, chevaux, chèvres, moutons, tandis que le père de Lodon travaille aussi comme menuisier. Même s'il est précisé — une fois seulement — que l'action se passe au temps de la 2ème guerre mondiale, ces épisodes de la vie du jeune mongol ne comportent pas de référence historique contraignante pour le jeune lecteur français.
 
Ces souvenirs d'enfance se présentent comme la collection de quatorze courts récits où le jeune héros découvre le monde, la nature environnante (la steppe, le vent, les pierres, les marmottes) aussi bien que la culture populaire (la musique, le dessin, les masques, le cirque). Surtout, on n'oubliera pas les pittoresques souvenirs scolaires, les bagarres avec Feuille de chou le meilleur copain, non plus que les mensonges et les bêtises pour provoquer l'ogre, puisque les parents affirment qu'il viendra punir le « chenapan ». Mais l'ogre existe-t-il ? Le jeune lecteur français le découvrira. Plusieurs illustrations viennent éclairer quelques points un peu compliqués comme le « bisaanz » ou le « souslik » — je laisse planer le mystère —, et la traductrice précise utilement en annexe l'importance de ce livre initialement publié en 1974 dans la culture populaire de son pays, la Mongolie.
 
• Lodon Tudev. Comment j'ai découvert le monde. Traduit du mongol par Renchin Munkhzul. Borealia, 2015, 148 pages.
 

 

Tag(s) : #LITTERATURE JEUNESSE, #MONGOLIE