Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Court roman en deux parties, “Le Monde futur” est une œuvre à succès du romancier chinois Wang Xiaobo trop tôt disparu en 1997. Il s'agit d'une critique ironique voire loufoque de la condition d'écrivain en Chine populaire. Bien évidemment l'auteur n'y a pas été publié de son vivant et a connu le succès via Taiwan et Hongkong.

La première partie intitulée “Mon Oncle” reprend le titre du roman biographique que le narrateur a consacré précisément à... son oncle. Dans ces pages, l'oncle vit une liaison avec Xiao Yao, dite pour cette raison “ma tante”, et par ailleurs professeur de physique du jeune homme. Plus tard, devenu écrivain, il écrit “Mon Oncle” ; dans ce roman, en fait, l'oncle fait la connaissance de F, jeune beauté genre cover-girl. Le lecteur se perd un peu entre Xiao Yao et F, le neveu tendant à fantasmer sur les charmes de l'une et de l'autre. La biographie de l'oncle ne tardera pas à remporter le Booker Prize, mais certains passages libertins ou prétendus tels vaudront à son auteur des ennuis avec les autorités.

« Je me rendis chez le fille du Bureau des publications avec une bouteille de Rémy Martin » écrit le narrateur. La « relaxation » qui s'ensuit lui permettra de devenir très vite docteur en philosophie, en plus d'historien. Mais « la Société générale d'administration de l'ordre public » s'en prendra à lui et le cours de sa vie sera bouleversé. C'est ce qu'expose la seconde partie, sobrement intitulée : “Moi”.

« On m'a retiré mon identité, autrement dit on m'a tout confisqué : mon ancienne carte d'identité, ma carte de crédit, ma maison, ma voiture, mes deux permis professionnels, et même mes deux diplômes de doctorat. Tous mes documents, archives ou notes, ont été détruits… »

Devenu M, le narrateur évite la déportation dans le désert de Gobi — car les temps ont changé depuis Mao — et se voit attribuer par contrat, en tant que « réinséré » comme ouvrier du bâtiment, un appartement pourri dans un quartier glauque voué à la démolition. L'y rejoint une certaine F, au « look tendance » qui est également vouée à la réinsertion mais comme « femme au foyer ». « Tu devras m'entretenir car je fais le ménage pour toi ! » lui annonce-t-elle. Selon les jours, elle lui avoue un état différent, est-elle une employée de la Société, une ancienne prostituée, une étudiante en psychologie, une espionne en mission ?

Don't worry, l'auteur a choisi une happy end...

L'écriture et la narration peuvent déconcerter. Mais ça vaut le voyage ! Quelques notes en bas de page aident à comprendre les détournements d'expressions et les allusions aux slogans politiques du siècle passé.

• WANG Xiaobo. “Le monde futur”. Traduit par Mei Mercier, Actes Sud, 2013, 189 pages.

 

Tag(s) : #LITTERATURE CHINE