Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Une ville trépidante, une femme de confiance, une sale histoire. Intitulé “Justice” par antiphrase, ce film du réalisateur Joel Malangan se sert des inégalités sociales de Manille comme décor aux aventures de Biring, une femme d'environ soixante ans brillamment incarnée par l'actrice Nora Aunor, et qui par amitié s'est laissée piégée dans un réseau mafieux.

La capitale des Philippines nous apparaît bruyant d'une circulation intense, mais aussi surpeuplée dans ses quartiers pauvres où s'entasse la population déracinée des campagnes. Biring travaille pour une femme de son village qui a fait fortune dans des activités illégales. Il s'agit de trafics de jeunes clandestins vers les pays voisins. Les tâches de Biring sont doubles : porter les enveloppes contenant les pots-de-vin aux responsables locaux, consoler sa patronne de ses déboires sentimentaux.

L'intérêt du film — et c'est aussi son but — c'est de s'interroger sur la morale et la justice, non comme des valeurs bien distinctes de leur contraire, mais qui se mélangent et se troublent selon les points de vue. L'ambivalence est au coin de la rue ; elle est présente chez Biring instinctivement portée à protéger et aider sa fille qui gagne mal sa vie, ou à formuler des souhaits pour les habitants de la capitale sur des messages qu'elle disperse ainsi que des billets depuis une tour, en même temps qu'elle est impliquée dans l'action criminelle.

Trois meurtres marquent les étapes du scénario. Le premier conduit Biring en prison alors qu'elle est innocente, mais simplement arrivée sur les lieux avant la police. Le second est suggéré par elle : et c'est un crève-cœur, puisqu'il s'agit de Vivian sa patronne la véritable meurtrière. Le troisième est de sa responsabilité : devenue à son tour chef de bande, elle tue le journaliste à qui elle avait confiés des documents compromettants susceptibles de faire tomber le réseau mafieux et ses protecteurs. Biring fait à la fois le bien et le mal : elle sauve la vie de sa fille en l'envoyant au village ; elle ôte la vie du journaliste défenseur de l'honnêteté...

Et comme la justice en ce monde n'est pas parfaite, le film n'a pas été primé à la 36ème édition du festival des Trois Continents à Nantes en 2014, et la Montgolfière d'Or est allée à “Hill of Freedom” du coréen Hong Sang-soo.

Justice. [Hustisya] film de Joel Malangan. Philippines, 2014. 120 min. Voir la bande-annonce sur You Tube.

 

Biring et le journaliste

Biring et le journaliste

Tag(s) : #AU CINEMA, #PHILIPPINES