Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Il est de bon ton depuis une décennie de vilipender Françoise Dolto : elle aurait propagé dans les années 1960 le pire laxisme éducatif, une “Déraison pure” selon D. Pleux — paru chez Autrement en Mai 2013 —. Or rien n ‘est plus faux pour Elisabeth Brami et Patrick Delaroche qui entendent réhabiliter la célèbre psychanalyste en relisant ses textes. «  Il n’y a jamais eu de place pour l’enfant-roi dans son œuvre » martèlent-ils. Elle n’a jamais prétendu qu’il soit « interdit d’interdire » quoi que ce soit à un enfant.

Ni gourou, ni révolutionnaire d’ailleurs, Dolto se situe dans la lignée des penseurs de l’éducation telle Maria Montessori qui, dans l’entre deux guerres n’a jamais déclenché les foudres. Mais on persiste à associer la pensée de F. Dolto à l’idéologie soixante-huitarde fortement rejetée de nos jours. Le temps est venu d’écouter ses conseils.

Parents, votre enfant est une personne, ni votre doudou, ni un objet d’étude. Comme vous il a droit au respect. L’éduquer, c’est l’aider à devenir ce qu’il est ; accueillez-le comme un invité de passage, avec confiance et bienveillance. Sachez l’observer, l’écouter, surtout lui parler sans bêtifier avant même sa naissance ; adaptez vous à lui sans qu’il ne devienne jamais le centre de la famille, car l’enfant pâtit d’être votre unique préoccupation. Faites vous respecter sans autoritarisme : s’il n’a pas sommeil, il doit malgré tout rester dans sa chambre, s’il est en colère ou s’ennuie, gardez vous d’intervenir! Sachez distinguer ses besoins de ses désirs : si vous veillez aux premiers — manger, dormir, être propre — sans forçage mais selon son développement physiologique, vous n’avez pas à toujours satisfaire les seconds : la frustration qu’engendre votre refus l’aide à se construire en le limitant. Lui faire plaisir n’est pas vital! Vous n’avez pas à lui plaire mais à l’éduquer. Evitez le « cannibalisme des bisous », chantage affectif pervers car votre enfant n’a pas non plus à vous faire plaisir! Punissez-le mais en vous justifiant et sans l’humilier. Parents, vous devez toujours répondre aux questions de votre enfant sans pour autant tout lui dire, de l’éducation sexuelle par exemple. Françoise Dolto serait scandalisée du manuel “Tous à poil!” conseillé par l’Education Nationale dès la maternelle!

Aussi éloignée du dressage tyrannique à l’ancienne que du laxisme, la psychanalyste n’a jamais idéalisé l’enfant. Elle préférait l’élève « rebelle » au suiviste « simiesque » ; selon elle, le « bon élève n’est pas nécessairement celui qui a une véritable intelligence : l’esprit critique et la capacité de réflexion personnelle ». Or de nos jours on prétend que rien ne doit entraver l’épanouissement du petit ; pourtant à l’angoisse scolaire des parents répond la course à l’évaluation dès la maternelle : les auteurs pointent à juste titre ce paradoxe. Ce forcing de la réussite qui vise à formater l’enfant ne le respecte pas, ni n’écoute ses talents et ses goûts. Certes des pans de la pensée de F. Dolto sont aujourd’hui frappés d’obsolescence : elle considérait le père comme le « chef de famille » seul détenteur de la loi, s’opposait à ce qu’un petit garçon joue à la poupée et refusait de croire à l’épanouissement d’un enfant élevé par un couple homosexuel. Pourtant reconnaissons lui le mérite d’avoir voulu aider les parents à être attentifs à leur enfant sans jamais être trop attentionnés — « enfance protégée égale souvent enfance aliénée »« Comprendre n’est pas excuser, écouter n’est pas permettre, le désir n’est pas le plaisir et le désir n’est pas le besoin ». Parents relisez Françoise Dolto (et Maria Montessori) pour aider votre enfant à faire tout seul.

Elisabeth Brami et Patrick Delaroche. Dolto, l'art d'être parents. L'éducation, la parole, les limites. Albin Michel, 2014, 212 pages.

Tag(s) : #EDUCATION, #ESSAIS