Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

En lisant les “Travailleurs de la Mer”, ou “La Rabouilleuse” vous auriez trouvé mention d'un « Champ d'asile » déjà cité dans une chanson de Béranger : vous vous seriez demandé pour qui ce champ et pour qui cet asile. C'est un cheminement semblable qui a permis à Anne Boquel et Etienne Kern, déjà connus pour une « Histoire des haines d'écrivains », de découvrir jusqu'où la passion pour Napoléon avait conduit certains de ses « derniers fidèles ».

Après Waterloo, tandis que l'Empereur déchu est conduit à Sainte-Hélène, beaucoup parmi ses officiers que menacent les Bourbons restaurés s'avisent de passer en Amérique en quête d'une nouvelle chance. Tandis que se crée en Alabama la Colonie de la vigne et de l'olivier dont Eric Saugera a étudié l'histoire, et dont il reste la ville de Demopolis, plus à l'Ouest, dans un Texas convoité par les Etats-Unis et encore aux mains des Espagnols, le général Charles Lallemand s'imagina pouvoir fonder une autre colonie d'émigrés qui se consacrerait moins à l'agriculture qu'à de chimériques projets politiques. Une colonie dont il ne reste rien qu'un fantôme dans les archives.

Environ 120 aventuriers embarqués à Philadelphie sur la Huntress — direction Mobile leur disait-on — se retrouvent en fait le 18 janvier 1818 sur l'île de Galveston, puis s'établissent en amont de l'embouchure de la Trinity River au lieu dit Orcoquisac Bluff. Fin octobre 1818, les Espagnols réduisent en cendres les restes de leur fortins et de leurs cabanes faits de bois et de torchis. Fin d'un rêve napoléonien en Amérique. Plus heureux que beaucoup de ses hommes, Lallemand fera une seconde carrière militaire sous la Monarchie de Juillet avec comme apothéose une fête dans la maison natale de son idole à Ajaccio !

Les auteurs ont recherché tout ce dont on peut disposer sur cette affaire qui donna quelques accès de fièvre aux diplomates de France, d'Espagne et des Etats-Unis. Lallemand espérait conquérir un nouvel Empire au Mexique dont les habitants créoles se soulevaient contre les Bourbons restaurés à Madrid. Lallemand avait en vue, selon le plan de Lakanal, une opération extravagante pour aller délivrer Napoléon. Ses grandes espérances se heurtaient à tant d'obstacles... Le petit nombre de ses troupes, le manque de moyens logistiques et financiers —la colonie survit durant ces quelques mois par la seule aide du pirate Laffite basé à Galveston—, le voisinage d'Indiens cannibales, et jusqu'à la violence destructrice d'un ouragan centennal, tout est réuni pour conduire au fiasco la tentative pathétique d'un général à l'ego surdimensionné.

A mi-chemin du roman d'aventures pour la jeunesse et du livre savant, fondé sur les archives et les travaux d'historiens français et américains, ce livre aux chapitres courts et à l'écriture limpide saura captiver un public varié et plus large que les seuls amateurs du souvenir napoléonien.

Anne Boquel et Etienne Kern – Les derniers fidèles. Flammarion, 2014, 315 pages.

Anne Boquel et Etienne Kern – Les derniers fidèles
Anne Boquel et Etienne Kern – Les derniers fidèles
Anne Boquel et Etienne Kern – Les derniers fidèles
Tag(s) : #HISTOIRE 1789-1900, #ETATS-UNIS